05.08.2020 à 15:56

Dernières volontésBrigitte Bardot veut être enterrée le plus simplement possible

Dans une interview à «Point de vue» parue le 5 août, l’icône confie qu’elle a déjà réfléchi à ce qu’elle souhaite pour sa mort. Elle revient également sur la naissance de son fils qu’elle compare à «un traumatisme»

par
L. F.
Brigitte Bardot dit qu’elle se contera d’«une petite croix en bois. Rien d’autre. Comme je l’ai fait pour mes chiens, mes chats, mes chevaux, mes moutons, que je rejoindrai».

Brigitte Bardot dit qu’elle se contera d’«une petite croix en bois. Rien d’autre. Comme je l’ai fait pour mes chiens, mes chats, mes chevaux, mes moutons, que je rejoindrai».

Starface

Alors qu’elle s’apprête à célébrer son 86e anniversaire, le 28 septembre, Brigitte Bardot sait exactement ce qu’elle veut pour sa mort, comme elle le confie dans une interview donnée à «Point de vue» parue le 5 août. Son enterrement sera des plus simples, sa tombe également.

Pour seule épitaphe, l’icône veut «[son] nom, [sa] date de naissance, [sa] date de mort». Pour art funéraire, elle se contentera d’«une petite croix en bois. Rien d’autre. Comme je l’ai fait pour mes chiens, mes chats, mes chevaux, mes moutons, que je rejoindrai». Pas de «mausolée à la Elvis», donc, comme elle dit. Car, pour elle, «enterrer, ce n’est pas embétonner! Les mots ont un sens». Au moment venu, elle «souhaite un retour à la terre, à l’essentiel. Il n’y a rien de plus beau», dit-elle.

Il n’empêche. Si Brigitte Bardot a tout prévu, elle ne compte pas s’en aller pour l’instant. «Je vous rassure, je ne suis pas prête à mourir», insiste-t-elle.

Son accouchement: «un traumatisme»

Dans la même interview, Brigitte Bardot revient sur la naissance de son fils, Nicolas, avec qui elle n’a plus aucun contact aujourd’hui. «Quand Nicolas est né, en 1960, l’hystérie autour de moi… C’était de la folie. La chambre d’accouchement installée dans ma maison, les photographes derrière les fenêtres, ceux qui se déguisaient en médecins pour me surprendre. Il n’y avait aucune intimité. C’était terrible. J’ai associé la naissance de mon fils à ce traumatisme. Et c’est Nicolas qui en a porté les conséquences», se souvient-elle. L’ex-femme de Roger Vadim assure pourtant «ne rien regretter».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
18 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Justice

06.08.2020 à 13:13

une GRANDE DAME regarder ce que fait sa fondation avant de juger

Lmoutz

06.08.2020 à 12:36

Je propose un parc canin publique afin de l'ensevelir.

Vive Trump

06.08.2020 à 06:46

Encore une écollo bobo, vive la chasse est les fis trump.