02.02.2015 à 14:27

Bristol se dote du premier espace public sans cigarette

Grande-Bretagne

Deux places fréquentées de la ville anglaise sont interdites aux fumeurs depuis lundi 2 février. C'est une première en Angleterre.

par
ELB
Deux places fréquentées du centre de Bristol, près du port, sont interdites aux fumeurs depuis lundi 2 février 2014.

Deux places fréquentées du centre de Bristol, près du port, sont interdites aux fumeurs depuis lundi 2 février 2014.

Keystone

La ville de Bristol, dans le sud-ouest de l'Angleterre, a décidé d'interdire la cigarette sur deux places publiques très fréquentées. C'est une première en Grande-Bretagne, a-t-on appris lundi 2 février 2015.

L'expérience, à l'initiative de l'organisation de santé publique Smokefree, concerne les places du Millennium et d'Anchor, proches du port. Une dizaine de panneaux ont été installés sur chacune d'elles, appelant les gens à ne pas fumer, sur la base de la bonne volonté.

«Nous espérons que cela encouragera les gens à ne pas fumer et encouragera à demander aux fumeurs d'éteindre leur cigarette», a expliqué la directrice adjointe de la branche sud-ouest de Smokefree, Kate Knight, au quotidien The Guardian de lundi. «Ces places centrales des villes sont souvent pleines d'enfants qui jouent et ce projet pilote leur offrira un environnement sans cigarette», a souligné sa directrice Fiona Andrews, sur la BBC.

Capitale verte de l'Union européenne

Le directeur de l'association de défense des fumeurs Forest Simon Clark a lui dénoncé «une interdiction rampante». «Fumer à l'air libre ne fait de mal à personne, à part peut-être au consommateur dont c'est le choix», a-t-il ajouté, cité par le Guardian.

Bristol, sixième ville de Grande-Bretagne avec plus de 400.000 habitants, a été désignée capitale verte européenne 2015, un titre décernée par l'Union européenne pour récompenser les efforts d'une collectivité en matière d'environnement.

En octobre, un rapport commandé par la mairie de Londres avait recommandé l'interdiction de fumer dans les parcs et sur certaines places de la capitale britannique. Mais son maire Boris Johnson avait exclu une telle évolution, déjà suivie par d'autres grandes villes comme New York ou Hong Kong.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!