Publié

BelgiqueBruxelles: heurts après la manif contre la politique d'austérité

Au moins cent mille personnes ont défilé jeudi à Bruxelles contre les mesures d'austérité du nouveau gouvernement de droite. De violents incidents ont opposé forces de l'ordre et casseurs à l'issue de la manifestation.

Les forces de l'ordre ont utilisé du gaz lacrymogène et des arroseuses pour disperser la foule. Des véhicules ont également été incendiés.

Les forces de l'ordre ont utilisé du gaz lacrymogène et des arroseuses pour disperser la foule. Des véhicules ont également été incendiés.

AFP

Des incidents se sont déclarés ce jeudi 6 novembre dans la capitale belge entre la Porte de Hal et la gare de Bruxelles-Midi, à l'issue de la manifestation nationale.

Un noyau de plusieurs centaines de manifestants continuent à affronter les forces de l'ordre, qui ont utilisé du gaz lacrymogène et des arroseuses pour disperser la foule. Des véhicules ont également été incendiés.

Des manifestants s'en sont pris à des véhicules en stationnement, en les incendiant et en les déplaçant sur la chaussée pour ériger des barricades. Les manifestants se sont également armés de bâtons, de pierres, de bouteilles et de barrières Nadar. D'autres brasiers ont été constatés à proximité de la gare de Bruxelles-Midi. Les manifestants ont par ailleurs dégradé des panneaux publicitaires.

La police a utilisé du gaz lacrymogène pour tenter de disperser la foule, en vain. D'autres manifestants, également sur place, essayent d'empêcher les casseurs de s'en prendre aux véhicules.

La Croix-Rouge de Belgique est intervenue à 26 reprises dans le cadre de la manifestation et a évacué 14 personnes vers des hôpitaux, a indiqué jeudi dans l'après-midi sa porte-parole Nancy Ferroni. Il n'y a pour l'instant pas de cas grave signalé. Le responsable médical sur place parle de bagarres, de chutes et de problèmes médicaux.

Entre 100'000 et 130'000 personnes

Au moins cent mille personnes manifestaient à Bruxelles contre les mesures d'austérité du nouveau gouvernement de droite, selon les indications de la police. Ce grand rassemblement est organisé par les syndicats, les partis de gauche et de nombreuses associations, qui eux évoquent 120'000 participants.

Le premier ministre Charles Michel proposera de discuter d'une «feuille de route» offrant des espaces de concertation aux partenaires sociaux invités jeudi après-midi à l'issue de la manifestation nationale dans les rues de Bruxelles.

A la Chambre, le chef du gouvernement a répété le souci de placer la concertation sociale au centre de l'action politique de son équipe visant à créer plus d'emplois et préserver la protection sociale. Il a dit entendre la «colère» de la rue, les «doutes».

(ats)

Votre opinion