07.08.2020 à 20:53

CoronavirusBruxelles veut réunir les couples non mariés

Une campagne baptisée «Love is not tourism» a été lancée sur les réseaux sociaux. Celle-ci appelle les gouvernements du monde entier à permettre aux couples non mariés de pouvoir se retrouver.

Une campagne baptisée «Love is not tourism» a été lancée sur les réseaux sociaux.

Une campagne baptisée «Love is not tourism» a été lancée sur les réseaux sociaux.

KEYSTONE/AP/Emilio Morenatti

La Commission européenne a appelé vendredi tous les Etats membres à permettre l’entrée dans l’UE des partenaires non mariés des citoyens et résidents européens, par dérogation aux restrictions de voyages visant les pays tiers. «Seule une minorité» de pays le permet.

Les frontières extérieures de l’UE et l’espace Schengen ont rouvert depuis le 1er juillet aux voyageurs d’une liste restreinte de pays tiers, actualisée régulièrement. Mais pour les autres pays, notamment les Etats-Unis, tout voyage non essentiel vers l’Union reste interdit. Des exceptions sont toutefois prévues pour les citoyens et les résidents de l’UE, ainsi que les «membres de leur famille».

«Dans la situation actuelle, les Etats membres peuvent permettre à des partenaires non mariés (avec des ressortissants ou résidents de l’UE) engagés dans des relations dûment attestées d’entrer dans l’UE s’ils le veulent. Nous avons de façon répétée encouragé les Etats membres à offrir cette possibilité», a déclaré un porte-parole de la Commission, Adalbert Jahnz. «Actuellement, seule une minorité d’Etats membres le fait», a-t-il ajouté, sans préciser lesquels.

Campagne sur les réseaux sociaux

Une campagne baptisée «Love is not tourism» a été lancée sur les réseaux sociaux pour appeler les gouvernements du monde entier à permettre aux couples non mariés tenus à distance par les interdictions de voyages de se retrouver. Selon ce mouvement, seuls huit pays européens, dont le Danemark et les Pays-Bas, autorisent la réunion de ces couples.

L’Allemagne, qui assure la présidence de l'Union européenne, a envoyé un questionnaire aux 27 pour connaître leur politique en la matière. «En attendant nous continuons à appeler tous les États membres à permettre sans délai l’entrée» de ces personnes, a ajouté Adalbert Jahnz.

Nouvelles restrictions

Il a par ailleurs indiqué que la Commission avait envoyé vendredi une lettre aux membres de l’UE et de l’espace Schengen ainsi qu’au Royaume-Uni pour les mettre en garde contre une «deuxième vague d’actions non coordonnées aux frontières internes» du bloc. La pandémie avait conduit à des fermetures de frontières et des restrictions à la liberté de circulation au sein de l’UE et de l’espace Schengen, prises en ordre dispersé.

Ces mesures ont été levées progressivement en juin, mais de nouvelles restrictions ont été réintroduites depuis. Certains pays comme le Royaume-Uni, la Belgique et l’Allemagne ont imposé parfois sans préavis des quarantaines obligatoires pour les voyageurs en provenance de certaines régions ou pays de l’UE.

Concernant les frontières extérieures, la liste de pays tiers dont les voyageurs sont autorisés à entrer dans l’UE est désormais réduite à onze pays: Australie, Canada, Géorgie, Japon, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie, Uruguay, le cas de la Chine étant suspendu à une «confirmation de la réciprocité».

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!