Basketball: Bryan Colon et Noé Anabir ont tourné la page d’Union

Publié

BasketballBryan Colon et Noé Anabir ont tourné la page d’Union

Anciens joueurs de Neuchâtel, les deux nouveaux Lions retrouvaient leur ex-équipe ce samedi au Pommier. Un match spécial pour eux, malgré tout.

par
Christian Maillard
(Grand-Saconnex)
Noé Anabir (No 19) s’est fait de nouveaux amis au Pommier, comme ces rappeurs et spécialistes de breakdance.

Noé Anabir (No 19) s’est fait de nouveaux amis au Pommier, comme ces rappeurs et spécialistes de breakdance.

DR

En arrivant à la salle du Pommier, il y avait forcément beaucoup d’appréhensions et d’excitations de leur part en jetant un œil du côté du vestiaire du visiteur. Après avoir porté le maillot d’Union Neuchâtel durant respectivement deux et sept ans, deux nouveaux Lions recrutés cet été retrouvaient en effet ce samedi leur ancienne équipe. Une formation avec laquelle ils ont connu une belle histoire et joué le titre la saison dernière avant que le contingent n’éclate pour entamer, avec une moyenne d’âge de 22 ans, un nouveau cycle…

«Cela m’a fait plaisir de revoir des visages familiers sur le terrain et l’ancien coach (Mitar Trivunovic). Mais je suis de l’autre côté maintenant.»

Noé Anabir, ex-Union Neuchâtel, de retour à Genève

«Cela m’a fait plaisir de revoir des visages familiers sur le terrain et l’ancien coach (Mitar Trivunovic). Mais je suis de l’autre côté maintenant.» Noé Anabir, le Genevois de retour au bercail, avait aussi connu le même sentiment quand il avait quitté, il y a trois ans, le Reposieux de Monthey pour la Riveraine. «Or je dois reconnaître tout de même que cela m’a fait bizarre de revenir jouer à Genève devant ce public après être parti d’ici en 2015. Il y avait beaucoup de monde ce soir et j’espère que cela va continuer et que les gens continueront à venir au Pommier.»

«C’était un peu particulier au début (…). Mais une fois que le match a commencé, après deux minutes, on oublie tout.»

Bryan Colon, ex-Union Neuchâtel, désormais capitaine des Lions

Tandis que des rappeurs et spécialistes de breakdance animant les pauses entourent les deux ex-Neuchâtelois, Bryan Colon, l’autre renfort du Littoral, enchaîne. «Disons que c’était un peu particulier au début car il est vrai que j’ai joué durant sept saisons à Neuchâtel et que j’ai encore de beaux souvenirs, reconnaissait celui qui est désormais capitaine des Lions. Mais une fois que le match a commencé, après deux minutes, on oublie tout. Maintenant je défends les couleurs des Lions de Genève et le plus important c’était la victoire.» La page est tournée.

Bryan Colon a encore de beaux souvenirs avec Union Neuchâtel mais il a désormais de maillot des Lions.

Bryan Colon a encore de beaux souvenirs avec Union Neuchâtel mais il a désormais de maillot des Lions.

DR

Deux minutes, c’est le temps qu’il a fallu au néo-playmaker du Pommier pour inscrire son premier panier pour sa nouvelle équipe, amorçant le début du récital des Lions très impressionnants en début de partie avant que le visiteur ne revienne avec des tirs à trois points et ne s’accroche jusqu’au bout. «Mais sans leur manquer de respect, on leur a donné beaucoup de points et de choses faciles pour que les Neuchâtelois reviennent au score, sourit le meneur de jeu du Grand-Saconnex. Si nous avions été plus concentrés, je pense qu’on aurait pu plier le match avant.» Le capitaine est comme son coach et ses dirigeants ambitieux.

«On doit continuer à travailler pour améliorer ces aspects-là et réduire nos erreurs. Cela dit, il était important de gagner ce premier match à domicile, devant ces fans qui ont déjà vu qu’on va tout donner pour eux cette année. Mais le championnat est encore long, il ne se gagne pas maintenant mais au mois de juin. Mais que les gens reviennent car il y aura encore du spectacle et des émotions.»

Dans sa voix, il y avait encore beaucoup d’excitations…

Ton opinion