Publié

Enquête 2/6Bulat Chagaev aura tout essayé en affaires

Le Tchétchène le plus connu de Suisse l’est aussi dans son pays. Mais il y passe davantage pour l’homme de quelques coups fumants que pour un grand businessman.

par
Ludovic Rocchi
Ce document montre le laissez-passer dont Bulat Baudinovich disposait au Parlement tchétchène, où il a brièvement siégé dans les années 1990. Il fait partie des archives pénales russes englobant la Sovamericantrade, société fondée par le Tchétchène.

Ce document montre le laissez-passer dont Bulat Baudinovich disposait au Parlement tchétchène, où il a brièvement siégé dans les années 1990. Il fait partie des archives pénales russes englobant la Sovamericantrade, société fondée par le Tchétchène.

DR

Ce samedi soir de juin, une chaude averse tombe sur Grozny. De belles Tchétchènes déambulent droites et fières, pas toujours voilées, le long de l’avenue Poutine – ex-avenue de la Victoire. Des enfants vendent des chewing-gums, de jeunes hommes paradent, fleurs à la main. Sur la chaussée brillante comme un sou neuf, les grosses cylindrées sont légion, tout comme les policiers en treillis bleu et blanc. Au royaume musulman du terrible président Ramzan Kadyrov, tout semble parfait. Mais nous ne sommes pas ici pour enquêter sur les exactions d’un régime arrosé par les milliards de Poutine, histoire de faire oublier les horreurs et les destructions de la guerre. Nous voulons juste en savoir un peu plus sur un certain Bulat Baudinovich Chagaev, 51?ans, né au sud de Grozny, sur les pentes verdoyantes du Grand-Caucase. Fils d’un apparatchik soviétique, diplômé de l’Institut du pétrole de Grozny à 22?ans, quel homme d’affaires est-il vraiment devenu? La question ne semblant pas trop déranger Kadyrov – lui-même remonté contre Chagaev («Le Matin» d’hier) – on nous laisse donc enquêter sans trop d’entraves.

Votre opinion