Publié

humanitaireBurkhalter rappelle la responsabilité de la Suisse en Ukraine

Le président de la Confédération s'exprimait à l'occasion de la journée annuelle de l'Aide humanitaire à Lausanne. La Suisse est prête à offrir son expérience d'Etat neutre, a-t-il encore déclaré.

par
smk
Didier Burkhalter s'est exprimé vendredi à Lausanne à l'occasion de la Journée annuelle de l'Aide humanitaire, qui se déroule chaque année dans une ville suisse différente.

Didier Burkhalter s'est exprimé vendredi à Lausanne à l'occasion de la Journée annuelle de l'Aide humanitaire, qui se déroule chaque année dans une ville suisse différente.

Keystone

«La Suisse en tant que présidente de l'OSCE fera tout ce qui est en son pouvoir pour une résolution pacifique et conforme au droit international de la crise» en Ukraine, a réitéré vendredi Didier Burkhalter lors d'un discours à Lausanne.

Le chef du DFAE a notamment insisté sur l'importance d'envoyer «aussitôt que possible» une mission d'assistance («monitoring») dans le pays pour veiller au respect des droits humains et des minorités. «La Suisse est prête à offrir son expérience d'Etat neutre et à structure fédérale si l'Ukraine le souhaite», a-t-il ajouté.

Plusieurs rôles

Si la Confédération possède une longue tradition humanitaire, la situation demeure cependant parfois complexe, a déclaré pour sa part Martin Dahinden, directeur de la Direction du développement et de la coopération (DDC), lors de son discours.

«En tant qu'Etat qui est à la fois un acteur et un donateur humanitaire, une agence de développement et un défenseur d'intérêts, la Suisse est confrontée à des enjeux à la fois politiques et humanitaires , a-t-il relevé.

M. Dahinden a encore souligné l'importance de voir l'aide au développement et la politique extérieure de la Suisse «s'inscrire dans une démarche cohérente.»

85 millions pour la Syrie

Outre la situation en Ukraine, plusieurs autres crises ont été évoquées à Lausanne. Le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a notamment rappelé les engagements - 85 millions de francs au total - de la Suisse en Syrie, trois ans exactement après le début de la guerre civile.

«La situation humanitaire dans ce pays est catastrophique et comme dans d'autres conflits, ce sont les plus faibles, les enfants, qui sont les plus durement touchés», a déploré M. Burkhalter, lequel a rendu hommage au délégué du CICR tué récemment en Centrafrique.

Convention de Genève

Près de 960 personnes ont participé à la Journée annuelle de l'Aide humanitaire, a précisé le DFAE. Cette conférence rassemble chaque année dans une ville suisse différente les acteurs de l'humanitaire.

Un autre rendez-vous important marquera le monde humanitaire suisse en 2014. La Confédération célébrera en effet cet été le 150e anniversaire de la première Convention de Genève. Le texte constitue les fondations du droit international humanitaire et «l'acte de naissance de la tradition humanitaire» de notre pays, a encore relevé Didier Burkhalter.

(ats)

Ton opinion