Etats-Unis: Bush père défend son fils bec et ongles
Publié

Etats-UnisBush père défend son fils bec et ongles

Dans une biographie à paraître, l'ex président américain George H.W. Bush critique Dick Cheney et Donald Rumsfeld, deux poids lourds de la présidence de George W. Bush.

Donald Rumsfeld (gauche) et Dick Cheney (droite) sont critiqués par le père de George W.Bush, au centre.

Donald Rumsfeld (gauche) et Dick Cheney (droite) sont critiqués par le père de George W.Bush, au centre.

Keystone

L'ancien président des Etats-Unis George H.W. Bush s'en prend à Dick Cheney et Donald Rumsfeld, deux figures centrales de la présidence de son fils George W. Bush, dans un livre à paraître courant novembre outre-Atlantique.

Bush père, président de 1989 à 1993, était généralement resté silencieux sur les questions liées à la présidence de son fils (2001-2009) et aux guerres en Irak et en Afghanistan.

Peu diplomatiques

Mais dans une biographie à paraître prochainement, il évoque en des termes peu diplomatiques les anciens vice-président et secrétaire à la Défense de George W. Bush, respectivement Dick Cheney et Donald Rumsfeld.

Dans ce livre, intitulé «Destiny and Power: The American Odyssey Of George Herbert Walker Bush», Bush père reproche à Dick Cheney d'avoir adopté une ligne dure pour convaincre son fils de faire usage de la force militaire à travers le monde, selon le New York Times de jeudi, qui cite le biographe de l'ancien président Jon Meacham.

De son côté, l'ex-secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld est qualifié de personne «arrogante», totalement fermée aux opinions des autres et qui a «nui au président», a déclaré Bush père.

«Partisan de la ligne dure»

George H.W. Bush a bien connu Dick Cheney, qui a été son secrétaire à la Défense durant l'opération «Tempête du désert», quand les forces alliées sous la conduite des Etats-Unis avaient bouté hors du Koweït en 1991 les forces de Saddam Hussein.

Mais en tant que vice-président de son fils, «il est devenu un partisan de la ligne dure, très différent du Dick Cheney que je connaissais et avec lequel j'ai travaillé», selon Bush père, qui estime que Cheney a été influencé par sa propre épouse, très conservatrice, Lynne, qualifiée d'«éminence grise».

Le plus âgé des Bush a cependant reconnu que son fils avait une part de responsabilité en ayant donné autant de marge de manoeuvre à Cheney et Rumsfeld, et en ayant utilisé un langage trop belliqueux.

«Il est assez facile de faire la une avec des déclarations enflammées, mais cela ne résout pas les problèmes diplomatiques», a déclaré Bush père a Meacham, selon le New York Times.

L'ancien président Bush a fait référence au discours de son fils de 2002 sur l'«axe du mal» qui désignait l'Irak, l'Iran et la Corée du Nord comme des ennemis des Etats-Unis.

(AFP)

Votre opinion