27.09.2015 à 00:23

Scandale VolkswagenC'est Bosch qui aurait fourni le logiciel incriminé

Dans l'affaire des trucages des tests anti-pollution, la presse allemande fait de nouvelles révélations.

1 / 150
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Keystone
Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Keystone

L'équipementier allemand Bosch aurait fourni en 2007 à Volkswagen, à des fins de tests, le logiciel qui est au coeur du scandale des moteurs truqués. Toutefois, cette société aurait spécifié au groupe automobile que son installation sur les véhicules était «illégale», affirme dimanche le journal allemand «Bild».

Bosch aurait ainsi livré à Volkswagen ce logiciel «prévu uniquement pour des tests (internes) et non pour la conduite normale», écrit dans son édition dominicale «Bild», qui cite un «document explosif» datant de 2007 et émanant de Bosch. Volkswagen avait implanté cette année-là le logiciel sur des moteurs diesel afin de truquer les résultats des tests antipollution, livré par Bosch, poursuit le journal.

Dans le document, Bosch mettait à l'époque en garde Volkswagen, pointant le fait que l'installer sur les véhicules était «illégal», affirme encore le journal à gros tirage.

«No comment» de l'équipementier

Interrogé par «Bild» sur la réaction de Volkswagen à ces mises en garde, un porte-parole de Bosch a indiqué: «Dans le cadre des relations commerciales avec Volkswagen, nous sommes tenus à la confidentialité.»

L'équipementier avait indiqué mardi avoir fourni à Volkswagen des systèmes d'injection à rampe commune destinés à équiper les moteurs diesel des véhicules au centre du scandale des moteurs truqués.

Volkswagen a reconnu cette semaine que les moteurs diesel de quelque 11 millions de ses véhicules dans le monde étaient équipés d'un logiciel destiné à fausser les résultats des tests antipollution.

Ce scandale mondial a coûté mercredi sa place à Martin Winterkorn, PDG du groupe depuis 2007. Matthias Müller, le patron de Porsche, l'une des 12 marques de Volkswagen, a été désigné vendredi pour lui succéder.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!