Rohani se fâche: «C'est le golfe Persique, pas le golfe de New York »
Publié

Rohani se fâche«C'est le golfe Persique, pas le golfe de New York »

Un incident maritime entre des navires US et des vedettes rapides iraniennes fait monter la pression entre les deux pays.

Hassan Rohani: «Ils ne devraient pas comploter contre la nation iranienne tous les jours».

Hassan Rohani: «Ils ne devraient pas comploter contre la nation iranienne tous les jours».

archive/photo d'illustration, AFP

Le président iranien Hassan Rohani a appelé les Etats-Unis à cesser de «comploter» contre la République islamique. Cette déclaration intervient dans un contexte d'escalade verbale après un incident maritime entre des navires américains et des vedettes rapides iraniennes dans le Golfe.

Les Etats-Unis ont indiqué le 15 avril que 11 bateaux iraniens avaient harcelé leurs navires, dans ce qu'ils ont décrit comme les eaux internationales du «golfe Arabique», accusant l'Iran de «manoeuvres dangereuses» en mer. Et le président américain, Donald Trump, a dit avoir ordonné «à l'US Navy d'abattre et de détruire toute embarcation iranienne qui harcèlerait nos navires en mer».

«Les Américains doivent savoir que ce golfe s'appelle le golfe Persique, pas le golfe de New York ni le golfe de Washington», a rétorqué le président iranien. «Ils doivent comprendre la situation par ce nom, et par la nation riveraine qui a protégé cette voie maritime pendant des milliers d'années», a-t-il ajouté dans un discours télévisé.

Ennemis de plus de 40 ans

«Ils ne devraient pas comploter contre la nation iranienne tous les jours», a déclaré M. Rohani, qui s'exprimait lors d'un Conseil des ministres. «Les soldats de nos forces armées au sein des Gardiens de la révolution, de l'armée, du Bassidj (force paramilitaire) et de la police ont toujours été et seront les gardiens du golfe Persique», a-t-il dit.

Les relations entre Téhéran et Washington, ennemis de plus de 40 ans, sont à couteaux tirés depuis que les Etats-Unis ont dénoncé de manière unilatérale en 2018 l'accord international sur le nucléaire iranien (conclu en 2015) avant de réimposer de lourdes sanctions économiques contre Téhéran. Les tensions ont atteint un nouveau pic après la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid américain à Bagdad le 3 janvier.

(ats)

Votre opinion