Nouveauté: C'est rose et ça craque!
Actualisé

NouveautéC'est rose et ça craque!

Après le Japon et la Corée, la quatrième catégorie de chocolat débarque en Suisse, sous forme de mini-gaufrettes. Test.

par
Pascale Bieri
1 / 7
Malgré les apparences, ce chocolat est naturellement rose.

Malgré les apparences, ce chocolat est naturellement rose.

Le Matin
Malgré les apparences, ce chocolat est naturellement rose.

Malgré les apparences, ce chocolat est naturellement rose.

Le Matin
«J'adore le chocolat, ça me fait envie. Ça a l'air très bon. Mais je refuse de cautionner des produits qui utilisent de l'huile de palme.» Yvan (32 ans), cameraman

«J'adore le chocolat, ça me fait envie. Ça a l'air très bon. Mais je refuse de cautionner des produits qui utilisent de l'huile de palme.» Yvan (32 ans), cameraman

Maxime Schmid/Le Matin

«Ah non, du chocolat rose… ça, je peux pas!» A quelques pas de la gare de Lausanne, Marie (35 ans) refuse net de croquer dans la gaufrette. Braquée par la couleur, comme elle aurait pu l'être si on lui avait demandé de tester une barre énergisante bourrée de vers de farine…

D'autres se sont montrés plus ouverts, intrigués voire séduits. Lancé en grande pompe à Shanghai, en début d'année, le chocolat rubis, inventé par la société Barry Callebaut, débarque en Suisse. Et ici comme là-bas, on le découvre en version KitKat.

Aucun colorant

Si ce chocolat suscite la curiosité, c'est qu'il se présente comme étant d'un nouveau genre. Il n'a rien à voir avec la planète des arômes et des colorants, nous assure-t-on. Autrement dit, ce n'est pas une xième douceur plongée dans un jus de fraise ou un bain de Barbie. Le rubis est la quatrième sorte de chocolat, après le noir, le brun et le blanc. Autrement dit, c'est un pur hasard que «le goût fruité de baies fraîches» dont parle le fabricant, corresponde à cette parure rose.

Toutefois, la fabrication reste un brin mystérieuse. Ce nouveau chocolat n'est pas le fruit d'un nouveau cacaoyer soudain apparu. Mais d'une sélection des fèves sélectionnées pour leurs caractéristiques rubis, dans différents pays: Côte d'Ivoire, Brésil, Equateur ou encore Indonésie. Ces dernières sont alors malaxées d'une manière bien particulière, jusqu'à obtention d'une couleur pourpre.

Asiatiques sous le charme

Au Japon, où l'on est fou de KitKat – il s'y décline en plus de 300 variantes (wasabi, thé vert, banane) – le rose cartonne. Idem en Corée. Les premières semaines, les amateurs se sont littéralement jetés sur ces barres, à tel point que les rayons étaient vides dans la demi-heure suivant l'ouverture. Depuis, le produit est également en vente en Belgique et en Allemagne, et maintenant en Suisse.

Chez nous, on ne s'attend toutefois pas à une déferlante sur le rose, y compris par simple curiosité. Marianna Fellmann, chargée de presse chez Nestlé, propriétaire de la marque KitKat, souligne d'ailleurs: «Les premiers retours en Suisse après une semaine de vente sont très réjouissants. Toutefois, il serait prématuré d'émettre des conclusions définitives à ce stade.»

Durée de vie limitée

Pour l'heure, le produit est appelé à n'avoir qu'une durée de vie limitée, le temps que l'ensemble des stocks soient épuisés. On ne trouve par ailleurs ces douceurs que dans les supermarchés Coop. Un deal qui n'a toutefois rien à voir avec le boycott – levé depuis –, d'un grand nombre de produits Nestlé par le grand distributeur, nous assure-t-on de part et d'autre.

Bref, difficile de dire si le chocolat n'aura qu'une vie éphémère, porté par le marketing, ou s'il parviendra à s'imposer comme cette quatrième sorte de chocolat qu'il revendique.

Goût

Votre opinion