Euro 2016: «C'est simple le foot, quand on tire dans la lucarne»
Publié

Euro 2016«C'est simple le foot, quand on tire dans la lucarne»

Didier Deschamps était forcément de bonne humeur au moment d'évoquer le scénario idyllique de la fin de match.

1 / 96
L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)

L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)

Rafael Marchante, Reuters
Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)

Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)

EPA/ANTONIO COTRIM, Keystone
Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers célèbrent la victoire avec leurs supporters, à Alameda D. Afonso Henriques. (Lundi 11 juillet 2016)

Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers célèbrent la victoire avec leurs supporters, à Alameda D. Afonso Henriques. (Lundi 11 juillet 2016)

EPA/ANTONIO COTRIM, Keystone

La France du football s'est trouvé un nouveau héros: Dimitri Payet. Le Hammer, buteur décisif dans le match d'ouverte de l'Euro 2016 contre la Roumanie (2-1), ne boude pas son plaisir.

Les larmes qui ont coulé sur les joues du Réunionnais sont, déjà, une des images fortes qui resteront de ce tournoi. «Il y avait beaucoup de stress et de pression. Sur ce but, c'est tout ça qui est ressorti», explique Payet, dont on pensait il y a six mois qu'il n'avait aucune chance d'être sélectionné pour l'Euro.

«C'est simple le foot, quand on tire dans la lucarne... Ca résout beaucoup de problèmes», plaisante un Didier Deschamps assurant qu'il allait désormais «mettre Payet dans les glaçons pour le prochain match afin d'être sûr qu'il ne se blesse pas».

«Paul peut mieux faire»

Pour l'entraîneur français, les Bleus ont «payé le contexte psychologiquement pas facile à gérer».

Et le sélectionneur de louer également le match de N'golo Kanté à mi-terrain, quand on lui a demandé pourquoi il avait sorti Paul Pogba en fin de rencontre pour faire entrer Anthony Martial. «Je voulais ajouter un jouer offensif de plus et il fallait donc retirer un attaquant. Kanté... Je n'y ai pas songé une seule seconde et vous savez pourquoi! Paul peut mieux faire, il peut nous apporter plus que ce soir.»

Tout en estimant «qu'en défense, nous avons été plutôt performants», Deschamps ne cache pas que «tout n'a pas été parfait, loin de là». «La faute en grande partie à la Roumanie, qui nous a posé des problèmes et qui a confirmé qu'elle était une équipe très bien organisée.»

(ats)

Votre opinion