Publié

Hockey sur glaceC'était un match spécial… pour Lausanne

Le LHC a joliment battu les Philadelphia Flyers (4-3) dans un match des NHL Global Séries lundi soir.

par
Grégory Beaud
Lausanne
Les Lions ont paru davantage concernés que les Flyers.

Les Lions ont paru davantage concernés que les Flyers.

Keystone

Les mauvaises langues diront que ce n’étaient pas les Flyers hier, mais le club ferme: les Phantoms. Comme un symbole. On ne va pas se mentir. Les Philadelphia Flyers étaient venus en Suisse dans le but de réaliser une tournée promotionnelle. L’idée? «Evangéliser» l’Europe en prêchant la bonne parole à la sauce NHL. Animations typiquement américaines, pauses commerciales omniprésentes, starification jusqu’à la satiété de la mascotte Gritty. Bref, la Vaudoise Arena n’avait pas grand-chose de la nouvelle patinoire du Lausanne HC, hier soir. Même l’ambiance déjà particulière de ce lieu ne s’y est pas retrouvée tant l’américanisation galopante a eu des effets néfastes à tous les étages.

Dans ces conditions, l’aspect sportif est joyeusement passé au deuxième (qui a dit troisième?) plan. Mais est-ce vraiment grave, au bout du compte? A voir les sourires sur les visages des fans venus des quatre coins de la Suisse, pas franchement. Italien, allemand, français ou même anglais, toutes les langues étaient parlées aux alentours de la patinoire vaudoise. Cette jolie communion n’a finalement été rendue possible que grâce à cette fédératrice NHL. Ne soyons donc pas trop critiques. Même le si décrié parcage réservé aux visiteurs avait été «démonté» pour l’occasion. Bref, la soirée ressemblait plus à un spectacle qu’à un match de hockey.

Dix bonnes minutes

Sur la glace par contre, les Vaudois ont donné le change. Au contraire des Philadelphia Flyers. Il faut dire qu’on ne peut pas être bon partout. Niveau marketing, c’était excellent. Niveau hockey, on mettra la mention «inachevé» à la prestation des joueurs de NHL. A la suite du 4-1 de Claude Giroux (25e), les visiteurs ont même franchement appuyé sur l’accélérateur, afin de montrer un peu de quoi ils pouvaient être capables lorsque la motivation était au rendez-vous.

Au final, Lausanne avait suffisamment creusé l’écart en première période pour ne plus être repris. Au-delà de la (légère) déception relative à l’absence d’un contradicteur pleinement investi, les dirigeants du LHC peuvent être fiers du «coup» réalisé. Si la patinoire n’avait finalement pas fait le plein malgré l'annonce «purement marketing» d’un guichets fermés, la publicité pour leur nouvel écrin était magnifique. Et si, finalement, ce n’était pas là le plus important de cette soirée à but uniquement promotionnel? Il faut juste le savoir et l’accepter. Ensuite, tout est plus simple.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!