Publié

footC1 - A Arsenal, Wenger retient son souffle, à Chelsea Mourinho fait profil bas (PRESENTATION)

Londres, 8 déc 2015 (AFP) - Arsenal doit s'imposer avec des buts chez l'Olympiakos et Chelsea doit finir le travail contre Porto à domicile, mercredi lors de la dernière journée de Ligue des champions, sous peine qu'une élimination n'entache un peu plus la réputation des entraîneurs Arsène Wenger et José Mourinho.

Pour une fois cette saison, le scenario catastrophe penche plus vers les Gunners, 2e de Premier League à deux points du leader Leicester, que vers les Blues, largués à la 14e place avec 15 points en autant de journées. Arsenal se déplace en effet au Pirée, où ils ont perdu leurs trois précédents matches, avec l'obligation de gagner par deux buts d'écart ou un seul s'ils marquent au moins trois fois. Sinon, leur série de 15 qualifications d'affilée au 2e tour de la compétition phare s'arrêtera là. Actuellement 3e du groupe F avec 6 points seulement, les Londoniens se retrouvent acculés pour avoir naïvement perdu 3-2 chez eux contre les Grecs (9 pts), qui visent un quatrième 8e de finale en neuf ans. "Notre record me tient à coeur car il est important pour le club", a assuré Wenger avant de recourir à la méthode Coué. "Il y a une chose positive: on sait exactement ce qu'on doit faire, on a étudié l'Olympiakos. On sait qu'il faut tout donner dès le coup d'envoi. Donc faisons-le et j'espère qu'on s'en sortira. Psychologiquement, l'Olympiakos c'est un autre match que Sunderland, c'est clair". Encore un peu trop inconstants en championnat, les Gunners ont réagi contre les Blackcats (3-1) mais leur milieu décimé (Coquelin, Cazorla, Arteta et Wilshere forfaits) leur pose souci. Sans compter que devant Sanchez est venu s'ajouter à liste des blessés. En outre, Wenger pourrait devoir ménager Özil, l'homme providentiel du moment, pour éviter que l'Allemand soit le suivant. Pour accompagner Giroud, l'Alsacien peut compter sur Ramsey, Chamberlain et Walcott. Mais le premier compte deux titularisations seulement depuis sa blessure, le deuxième une seule et le troisième aucune. Wenger a également à disposition le peu expérimenté Campbell, qui fut prêté un an à... l'Olympiakos en 2013-2014. Les Blues n'ont pas les mêmes problèmes d'effectif, mais ils sont bien encalminés en championnat et leur moral, y compris celui de Jose Mourinho, est touché. "Bien sûr que je suis inquiet", a admis samedi le Portugais après sa 8e défaite en Premier League - un record pour lui - contre Bournemouth (1-0), après trois matches encourageants sans but encaissé. "Maintenant c'est la C1 et il ne nous manque plus qu'un point pour nous qualifier. Mais gagner la compétition sera peut-être la seule chance d'y revenir l'an prochain", a-t-il ajouté non sans une certaine ironie. A égalité de points (10) dans le groupe G avec Porto, qu'il a conduit au sacre continental de 2004, "Mou" devance également Kiev de deux longueurs. Ses Blues seront qualifiés en première position s'ils dominent le rival portugais, qui n'a jamais gagné en Angleterre et s'est même incliné trois fois sur trois à Stamford Bridge. Un nul leur assurera la 2e place qualificative. Et même une défaite ne les priverait pas de 8e, si dans le même temps le Dynamo Kiev ne bat pas le Maccabi Tel Aviv. Alors que le retour de Courtois dans les cages n'a pas été probant face à Bournemouth, Mourinho pourrait relancer Terry en charnière centrale. Devant, en revanche, nul ne sait si, après deux matches sans aligner d'avant-centre de métier, il redonnera sa chance à Costa. En attendant, pour regonfler son moral, le Portugais a reçu le soutien d'Alex Ferguson: "Sa carrière est dans une phase ascendante depuis le début et pour la première fois de sa vie, il doit gérer l'adversité, la mauvaise publicité. C'est un défi pour lui. Mais tous les grands leaders finissent par trouver la solution. Je connais l'homme, je sais ce qu'il a fait: cette mauvaise passe ne durera pas". cd/nip/jcp

(AFP)

Votre opinion