Publié

footC1 - Atletico-Leverkusen, le vice-champion au bord du gouffre (PRESENTATION)

Madrid, 16 mars 2015 (AFP) - L'Atletico Madrid est à la peine ces dernières semaines, au point que le vice-champion d'Europe 2014 se retrouve menacé d'élimination dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions mardi (19h45 GMT) contre Leverkusen, vainqueur 1-0 au match aller.

Pour la seconde manche au stade Vicente-Calderon, les champions d'Espagne se rassureront en se disant qu'ils n'ont plus perdu à domicile sur la scène européenne depuis plus de deux ans. Mais la dynamique actuelle de l'"Atleti" est si inégale et celle du Bayer si favorable que les Madrilènes ne sont pas si éloignés du gouffre avant ce choc décisif. Les hommes de Diego Simeone avancent au ralenti depuis qu'il se sont vengés du Real Madrid, leur bourreau en finale de C1 en mai dernier (4-1 a.p.), avec une démonstration en Liga début février (4-0). Depuis, les "Colchoneros" n'ont gagné qu'un seul des six matches qui ont suivi, ils restent sur trois nuls en Championnat et ont chuté du podium ce week-end, la faute à une attaque très déficiente ces derniers temps. "Nous avons du mal à marquer, même si le plus préoccupant serait de n'avoir pas d'occasions de but", a relativisé Simeone. "Dans le football, il y a des moments dans une saison où on est plus ou moins efficace face au but. Mais je vois l'équipe en progrès. Il faut continuer, se retrousser les manches et bien préparer le match de mardi", a-t-il fait valoir. Les raisons de cette disette offensive sont diverses: Koke, l'un des meilleurs passeurs madrilènes, n'est revenu de blessure que début mars, et les deux meilleurs buteurs de l'équipe, Antoine Griezmann et Mario Mandzukic, ont été tour à tour suspendus. Ni l'attaquant français (17 buts en compétition cette saison) ni le Croate (20 buts) n'ont marqué depuis près d'un mois. Et les relations pourraient s'être rafraîchies entre Mandzukic et Simeone, qui juge l'ancien du Bayern Munich "déterminant" pour l'équipe mais n'a pas hésité à le reléguer sur le banc. Quand l'attaque flanche, c'est souvent la défense qui maintient à flot l'Atletico: le club madrilène n'a encaissé que trois buts en sept matches de C1 cette saison, et aucun à domicile. Mais les suspensions de l'Uruguayen Diego Godin, patron de l'arrière-garde "rojiblanca", et du Portugais Tiago, sentinelle du milieu, pourraient peser lourd mardi soir. Surtout face à une équipe de Leverkusen euphorique, qui vient de dynamiter Stuttgart vendredi (4-0) avec un doublé de Josip Drmic. "Ca donne une grande confiance. C'était une parfaite préparation pour Madrid", a résumé le gardien Bernd Leno. A l'aller, l'agressivité parfois limite des Allemands avait désarçonné l'Atletico, brouillon et pas assez discipliné, et finalement battu sur un but d'Hakan Calhanoglu. Sur cette lancée, le Bayer vient d'enchaîner quatre victoires convaincantes et croit plus que jamais à une qualification pour les quarts après deux désillusions à ce stade en 2013-2014 contre le Paris SG (4-0, 2-1) et en 2011-2012 devant le FC Barcelone (3-1, 7-1). Si la défense brille par son imperméabilité devant le jeune Leno (23 ans), l'attaque n'est pas en reste, loin de là, avec 10 buts inscrits en quatre sorties. Et tous les attaquants ont marqué: Son et Drmic (doublés), Bellarabi, Kiessling et Calhanoglu (en Coupe)! "Le Bayer est prêt pour l'Atletico", affirmait d'ailleurs samedi le magazine spécialisé Kicker, impressionné par la démolition de Stuttgart. Bref, cela ne sera pas simple pour l'Atletico, menacé de rentrer dans le rang après avoir vécu en 2014 l'une des années les plus fastes de son histoire. sg-jed/ig

(AFP)

Ton opinion