10.04.2013 à 23:13

FootballC1 - Baromètre - Pedro en porte-bonheur, Ibra et les Parisiens peuvent se mordre les doigts (ENCADRE)

Par Christophe LEHOUSSE MADRID, 10 avr 2013 (AFP) - L'ailier du FC Barcelone Pedro a sorti les siens d'une bien fâcheuse situation en égalisant d'une superbe frappe du gauche (1-1), quand les Blaugrana avaient déjà un pied en dehors de la Ligue des champions, mercredi au Camp-Nou, en quart de finale retour, l'Espagnol justifiant sa réputation de joker porte-bonheur.

Messi, qui face à la tournure des événements, était entré en jeu à la 61e, a bien pesé sur la rencontre, mais la libération sera cette fois venue de Pedro. ILS ONT ETE EN VUE Pedro, le porte-bonheur. Déjà bourreau des Bleus en match de qualification pour le Mondial-2014 (défaite de la France 1-0), le petit Barcelonais a récidivé mercredi face aux Parisiens. Son but du gauche aux 16 mètres sur une passe en retrait de Villa (70e) était de toute beauté et surtout, il valait alors de l'or pour des Catalans qui, avec un score de 1-1, se redonnaient un avenir en C1. Incertain à quelques heures du match, comme Messi et Adriano, il s'est montré dans ce match au moins aussi précieux que Messi. Au point mort avant le dernier Euro en Ukraine-Pologne, le Canarien revit, lui qui a aussi inscrit ses 10 réalisations avec l'Espagne dans cette saison 2012-2013. Iniesta, doublure de Messi: Avant le match, le milieu du Barça avait affirmé qu'en l'absence de Messi, chaque joueur devait être "leader à son poste". L'international espagnol a de son côté fait son travail. Très précieux en première période pour garder le ballon au moment où les siens souffraient sous le pressing des Parisiens, Iniesta a été le Barcelonais à se montrer le plus dangereux face à Sirigu. Sevré de ballons au début, le "Mage" en était réduit à des actions opportunistes comme ce lob des 35 mètres qui filait de peu au-dessus. Mais avec l'entrée de Messi, le meilleur joueur du dernier Euro pouvait davantage s'affirmer dans la finition, frisant par exemple l'égalisation sur un belle frappe enveloppée du droit. Valdes aime la France: Le gardien, déjà décisif face à la France en match de qualifications au Mondial-2014 (défaite des Bleus 1-0), s'est une nouvelle fois montré inspiré face à des Français, cette fois en club. Ses parades en première période ont maintenu en vie un Barça qui n'en menait pas large. Face à Lavezzi (24) puis sur une tête de Lucas (29) le portier "made in Barça" a démontré à quel point il était bon sur sa ligne. De quoi faire regretter à ses coéquipiers le départ de "Double V", qui a annoncé qu'il ne prolongerait pas son contrat qui arrive à échéance en juin 2014. Ibrahimovic, le meilleur passeur. Le grand Suédois, habituellement finisseur, s'est davantage distingué mercredi dans un rôle de passeur décisif. En première période, il s'était déjà fait la main en servant Lavezzi en profondeur (24) avant d'adresser un bon centre au deuxième poteau pour Lucas (29). "Ibracadabra" remettait ensuite ça en deuxième période, se livrant à un ingénieux une-deux avec Pastore qui débouchait sur l'ouverture du score des Parisiens (50e). Le fier "Ibra" sort une nouvelle fois défait de ses retrouvailles avec les Blaugrana, et devra se consoler avec le fait qu'il est désormais le meilleur passeur de la compétition, avec 7 offrandes. ILS ONT DECU Thiago Motta, transpercé par Iniesta. Carlo Ancelotti avait fait le choix de titulariser l'Italien au jeu défensif musclé plutôt qu'un Beckham qu'on avait vu trop juste à la récupération au match aller. Sans avoir porté préjudice à Paris, cette décision n'a pas non plus porté tous ses fruits. L'ancien Barcelonais s'est progressivement émoussé, soumis au pilonnage d'Iniesta et de Xavi. Jallet a souffert dans son couloir. Sur son côté droit, le Parisien a souffert face aux déboulés allant crescendo d'Alba, bien épaulé par Pedro. Alors qu'il avait déjà été en difficulté face à Monreal avec les Bleus contre les champions du monde, Jallet a cette fois découvert la vitesse de pointe de Jordi Alba. Villa, juste une passe à se mettre sous la dent. Titularisé sur le côté gauche, l'international espagnol, sur qui le Barça comptait fortement pour faire oublier l'absence de Messi, n'a que partiellement réussi sa mission. Il délivre certes la passe sur le but décisif de Pedro, se montrant lucide au moment de mettre le ballon en retrait, mais a sinon été très discret dans le jeu offensif. cle/smr

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!