Publié

footC1 - Bayern-Manchester City: poids lourds loin du poids de forme (PRESENTATION-ACTUALISATION)

Par Stéphane GHAZARIAN, Colin DRONIOU Munich (Allemagne), 16 sept 2014 (AFP) - Les retrouvailles entre le Bayern Munich et Manchester City proposent mercredi un choc entre deux champions qui sont encore loin du plein régime, mercredi (20h45, 18h45 GMT) à l'Allianz Arena.

Le capitaine Philipp Lahm a beau rappeler que "au Bayern seule la victoire compte", le Rekordmeister ne se présente pas dans les meilleures dispositions pour le choc contre le champion d'Angleterre, première étape d'un groupe de la mort comprenant l'AS Rome et le CSKA Moscou. Si personne n'a oublié la défaite concédée l'an dernier (2-3) en match retour à l'Allianz Arena, Guardiola a tenu à rappeler que le Bayern l'avait emporté à l'Etihad Stadium (3-1). "On a surtout appris combien cet adversaire est fort, que si tout le monde ne défend pas bien alors on a des problèmes", a rappelé mardi le Catalan, très élogieux envers les individualités mancuniennes. "Il faudra être en mesure de dominer le jeu. Et quand on n'aura pas la balle, courir, courir, courir", a insisté le Catalan qui, entre les blessures (Schweinsteiger, Martinez, Thiago...) et le retard de préparation des champions du monde, a dû sans cesse improviser pour former ses lignes. Dominé en Supercoupe par Dortmund (2-0), le Bayern est certes invaincu après 3 journées de Bundesliga mais a déjà cédé deux points chez un Schalke pourtant loin d'être rayonnant. Le Catalan aborde ce match partagé entre l'intégration parfaite de la recrue-star Xabi Alonso comme patron du jeu et les soucis défensifs renforcés par la nouvelle opération de Holger Badstuber, auquel s'est ajouté le forfait de Franck Ribéry. Reste à savoir s'il optera pour une défense à trois ou à quatre avec notamment un retour de Lahm en latéral droit, alors que la recrue Mehdi Benatia n'est pas encore prête pour faire ses débuts. Huitième de finaliste pour la première fois la saison passée, les Mancuniens, avec un effectif où tous les postes sont doublés désormais, espèrent logiquement aller plus loin et commencer par rééditer à Munich leur exploit de décembre. "Le Bayern est la meilleure équipe mais nous on a suffisamment de caractère pour s'imposer n'importe où. On l'a montré contre Arsenal (2-2 samedi)", a estimé Manuel Pellegrini, qui sera absent du banc car suspendu après son exclusion contre le Barça en 8e retour l'hiver dernier. Après 13 matches contre des représentants allemands, le champion d'Angleterre, qui rencontre les Bavarois pour la 3e fois en quatre ans, équilibrerait en cas de succès le bilan actuel (5v, 2 n, 6d). A la tête de joueurs parfois suffisants et manifestement encore en rodage, Pellegrini a encore cédé deux points à Arsenal en faisant massivement tourner son équipe (Nasri et Kolarov remplaçants, Touré absent). "ManCity" n'est que 5e du championnat à déjà 5 points de Chelsea, avec aucune victoire depuis deux rencontres. "On n'a rien à prouver en Europe, il faut la dissocier du championnat. On est à la hauteur du défi proposé", a toutefois souligné Vincent Kompany, incontestable titulaire avec Agüero, auteur de 3 buts en 4 matches, alors que Touré devrait entrer en milieu de terrain. Ribéry manquera donc le rendez-vous des néo-retraités en Bleu avec Samir Nasri, la faute visiblement au problème rotulien qui l'avait privé de jeu jusqu'au but inscrit samedi contre Stuttgart en venant du banc en fin de match. "Franck est allé voir le docteur qui m'a dit aujourd'hui qu'il ne pouvait pas jouer. C'est tout ce que je sais, a déclaré Guardiola mardi. "Quand Franck n'est pas là c'est toujours parce qu'il souffre. Je ne sais pas quand il va revenir", a ajouté le coach qui reporte un petit espoir sur Arjen Robben. A 27 ans, Nasri, qui a prolongé cet été jusqu'en 2019, est aux yeux de son entraîneur un cadre de l'équipe. Dans la foulée de sa saison pleine, il a disputé les 5 matches cette saison et s'il n'était pas titulaire samedi contre Arsenal, c'était pour garder de la fraîcheur en vue du choc en Bavière. Son début de saison est toutefois, à l'image de son équipe, en progression, même s'il a déjà montré qu'il pouvait hisser son niveau de jeu dans les grandes occasions. S'il n'a pas encore marqué, il a distribué contre Liverpool son unique passe décisive lors d'un match où il a rayonné. cd-sg/yk

(AFP)

Ton opinion