Citroën: C3 Aircross, le nouveau petit SUV gonflé à bloc

Publié

CitroënC3 Aircross, le nouveau petit SUV gonflé à bloc

On vient de terminer le test du dernier-né de la marque aux chevrons. Entre petites routes de montagne et pistes de terre, impressions à chaud.

par
Philippe Clément
Ajaccio
1 / 10
Citroën n'a pas eu peur de choisir un banc d'essai impitoyable pour son C3 Aircross: les routes de montagne et le sable des plages de Corse !

Citroën n'a pas eu peur de choisir un banc d'essai impitoyable pour son C3 Aircross: les routes de montagne et le sable des plages de Corse !

Philippe Clément
Les petits rappels de couleur viennent égayer l'habitacle sans faire trop bling-bling.

Les petits rappels de couleur viennent égayer l'habitacle sans faire trop bling-bling.

Philippe Clément
Que ce soit en manuelle ou en auto, les boîtes sont bien étagées et très agréables.

Que ce soit en manuelle ou en auto, les boîtes sont bien étagées et très agréables.

Philippe Clément

Le texte que vous êtes en train de lire doit encore sentir le maquis et l'air marin chargé d'iode, puisque c'est sur l'île de Beauté que Citroën a choisi de nous faire découvrir le nouveau-né de sa gamme: le petit SUV C3 Aircross. Et quand on dit SUV, c'est que la marque aux chevrons a martelé le slogan durant les deux jours de présentation.

Pourtant si, extérieurement, l'engin se présente bien sous la forme d'un sport utility vehicle, le C3 Aircross réussit à faire le grand écart entre ces semi-baroudeurs du dimanche et le confort et la modularité… d'un vrai petit monospace.

Alors, avouons-le d'emblée, cet étonnant et néanmoins sympathique bidule nous a «cueillis à froid». Et représente, du coup, la première excellente surprise de l'automne! Pas que l'on soit pétri d'a priori, mais, en voyant ce véhicule, plutôt haut sur pattes et qu'on nous annonçait motorisé par un bloc essence de 1199 cm3 développant 110 chevaux couplés à une boîte automatique à 6 rapports, on s'est dit que Citroën prenait quand même des risques insensés de venir nous le faire tester sur des routes corses réputées pour être au moins aussi tortueuses que couvertes d'un revêtement, disons, «inégal».

À l'attaque des courbes, façon sport!

Un peu plus de 250 km plus tard, le C3 Aircross nous a contraints à faire amende honorable! Non seulement le comportement routier est irréprochable mais, en plus, et pour peu que l'on «joue» avec la commande manuelle de la boîte automatique dans les épingles les plus serrées, on a même pu l'utiliser en conduite sportive. Si, si, vous avez bien lu: sportive! Et pas juste en mettant un peu de gaz. Non, en bousculant l'aiguille du compte-tours aux limites de la zone rouge, en retardant les freinages et en adoptant des trajectoires au cordeau! Un peu comme avec une… DS3! Miracle? Que nenni! Juste le fruit du travail remarquable des ingénieurs et de l'équipe qui ont mis au point le châssis de cette version «française» d'un engin développé sur la plate-forme PF1 commune avec Opel.

Le secret? Un tarage très «allemand» des suspensions qui confère une rigidité impressionnante à l'ensemble. Rigidité qui absorbe les imperfections de la route et évite tout mouvement de roulis, malgré la garde au sol élevée et le gigantesque toit panoramique dont le poids vient rehausser encore le centre de gravité. Très fort! D'autant que cela permet aussi à la direction de remonter les informations avec une précision diabolique.

Oui mais alors, objecterez-vous, cela se fait au détriment du légendaire confort «citronnesque»? Encore raté! Parce que, second coup de génie, les sièges ont été revêtus d'une garniture en mousse haute technologie, qui, alors que les suspensions ont effectué la première partie du travail d'amortissement, vient «finir le job» en absorbant presque complètement ce retour sec que l'on ressent quand on voyage à bord d'une allemande. Et donc procurer ce petit supplément moelleux que les amoureux de Citroën chérissent tant. Bluffant! D'autant que, on l'a dit, le moteur essence de 110 ch s'en tire fort honorablement. Et quand on sait que le C3 Aircross sera également livrable en version 130 ch et boîte manuelle 6…

Ergonomie et modularité

On a d'ailleurs eu l'occasion de tester la version diesel 120 ch avec ladite boîte manuelle: même constat, avec un léger bémol entraîné par le surpoids du moteur sur l'axe avant qui met assez vite un frein aux velléités sportives.

Quant à l'intérieur, on a bien aimé l'ergonomie générale, les éléments colorés qui viennent donner de la vie dans l'habitacle et le confort pratique d'une banquette arrière coulissante, rabattable en un tiers-deux tiers, qui, combinée avec le siège passager avant capable de se replier complètement, permet d'embarquer des charges pouvant mesurer jusqu'à 2,40 m de long! Le tout disponible dès 17 990 francs: qui dit mieux?

Ton opinion