Justice: Ça fait cher le légume!
Actualisé

JusticeÇa fait cher le légume!

Un couple neuchâtelois jugé pour avoir fait pousser des légumes dans le jardin d'un voisin est condamné pour violation de domicile.

par
Vincent Donzé
Un couple neuchâtelois a été condamné pour avoir fait pousser des légumes dans le jardin d'un voisin. (Image d'illustration)

Un couple neuchâtelois a été condamné pour avoir fait pousser des légumes dans le jardin d'un voisin. (Image d'illustration)

iStock

Le procès relaté par Arcinfo n’est pas piqué des vers. Mardi, un jeune couple des Geneveys-sur-Coffrane devait répondre, devant le Tribunal régional des Montagnes et du Val-de-Ruz de violation, de domicile... pour avoir cultivé des légumes sur une parcelle de 8 m2 située dans le jardin d’un immeuble locatif voisin.

Convoqués au commissariat de Cernier (NE), Mirjam et Florian, les cultivateurs, avaient écopé chacun de cinq jours-amende à 30 francs, peine assortie de 250 francs de frais.

Deux visions

Deux visions diamétralement opposées s’affrontaient. Bénévolat et partage caractérisent les cultivateurs, adeptes de permaculture, tandis que, pour le propriétaire d’à côté, la propriété privée est une notion indiscutable.

Mirjam et Florian avaient demandé l’autorisation du jardinier chargé de l’entretien de la petite parcelle convoitée. Lequel aurait signifié que «sans nouvelles de sa part, on pouvait y aller», ont-ils rapporté.

Les ennuis sont apparus avec les plantes, six semaines plus tard. La gérance a ordonné un arrachage suivi d’une remise en état. «Ca nous faisait trop mal au cœur d’arracher ces pousses. On a décidé de les laisser arriver à terme. Et qu'on ne recommencerait plus», a plaidé le couple.

Jardin saccagé

Au final, le jardin a été saccagé par un justicier. Le couple a alors déposé les légumes épargnés à la porte du propriétaire qui a licencié le jardinier jugé trop conciliant pour le remplacer par le voisin qui avait dénoncé les cultivateurs.

Jugeant l’infraction de violation de domicile «de très peu de gravité», la juge a réduit la peine au minium, soit trois jours-amende à 15 fr. avec sursis. «Il est regrettable que, pour des choses aussi charmantes qu’un jardin, les gens s’en prennent les uns aux autres», a fait remarquer la juge Claire-Lise Mayor Aubert, selon Arcinfo.

Les frais de justice s’élèvent à 793 francs. Pour les payer, le couple invite tous les amoureux des légumes à les soutenir lors d’un repas vegan, au chapeau, le 17 février, à 19h, à La Coquille, à La Chaux-de-Fonds. (s’annoncer sur milona@grainedelotus.ch).

Votre opinion