Football: Ça grenouille sec au FC Bâle
Publié

FootballÇa grenouille sec au FC Bâle

Le conflit qui a éclaté à propos des salaires des joueurs est révélateur d'un climat très peu serein.

par
Sport-Center
Marcel Koller n'a pas l'écoute de tous ses joueurs.

Marcel Koller n'a pas l'écoute de tous ses joueurs.

Keystone

Quand les temps sont rudes, soit on se serre les coudes, soit on se tire dans les pattes. Le FC Bâle, dont on ne peut pas dire qu'il brille par sa sérénité depuis son changement de direction en 2017, a manifestement choisi la seconde option. Même quand la Muttenzerkurve reste vide, ça sent la poudre dans les couloirs du Parc Saint-Jacques. Le dernier conflit en date oppose la tête du club aux joueurs de la première équipe, en total désaccord sur les questions salariales en période de coronavirus.

Afin de mieux encaisser le contrecoup de la crise, la direction du FCB espérait infliger à ses joueurs une réduction de salaire de 70% sur les mois d'avril, mai et juin. La contre-proposition des joueurs se situe à des années lumières: 5%. Au-delà du litige moralo-matériel immédiat, cette impasse vient rappeler un passé récent agité; et annonce un avenir (très) proche mouvementé. Car le torchon brûle au FCB, ex-phare exemplaire du football suisse.

Depuis le changement de Bernhard à la présidence en 2017 (Burgener a remplacé Heusler), querelles et luttes de pouvoir n'ont cessé de se propager. Des gens sont venus pour être débarqués très vite (Raphaël Wicky comme entraîneur, Jean-Paul Brigger comme CEO par exemple). Entre les différentes composantes du club (direction-staff technique-équipe), toute confiance a disparu. Le «RotBlau Projekt» a viré au noir.

Durant la saison 2018/19, les joueurs, avec Valentin Stocker et Fabian Frei pour meneurs, se plaignaient déjà de leur entraîneur Marcel Koller auprès du directeur sportif Marco Streller. Mais le putsch avait fini par échouer, Bernhard Burgener maintenant in extremis sa confiance au technicien zurichois… et retirant à Streller la direction technique du club – il siège toujours au conseil d'administration.

Bref, les lignes sont floues et le climat est lourd. Le récent rachat de 10% des actions par David Degen, lui aussi ex-joueur du FC Bâle, annonce-t-il une nouvelle donne, voire un prochain retrait de Bernhard Burgener? A suivre. Une chose est certaine: alors que les postes d'entraîneur (Koller) et de directeur sportif (Ruedi Zbinden, qui a succédé à Streller) semblent sur le point d'être remis «au concours», le printemps sera pétri d'intrigues au FCB. Et dire que le 12 mars dernier à Francfort, les Rhénans s'imposaient 3 à 0 en huitième de finale aller de la Ligue Europa…

Simon Meier

Votre opinion