Hockey sur glace: Ça sentait très fort l’Emmental
Publié

Hockey sur glaceÇa sentait très fort l’Emmental

Il y avait comme un air de fin de série ce samedi à Genève où cela sentait fort l’Emmental dans les couloirs de la patinoire des Vernets.

par
Christian Maillard
Genève

Après sept victoires d’affilée dans cette citadelle qui semblait pourtant imprenable, il y a eu très vite comme une odeur de roussi pour des Grenat qui ont très rapidement compris qu’ils passeraient une sale soirée.

Comme si le revers mardi, sur la glace du dernier de classe, avait laissé plus de traces qu’on ne l’aurait imaginé sous les casques, les Aigles ont eu de la peine à dissimuler leur bonnet d’âne. Après leur rageante défaite il y a quatre jours à Rapperswil, l’équipe du bout du lac a pris l’eau de toutes parts, de quoi courroucer encore un peu plus les dirigeants du club, déçus par l’ampleur que prend ce début d’incendie.

Si les étrangers (Skille et Winnik) ont enfin pris leurs responsabilités en attaque, trop de leaders sont encore transparents. La porte des vestiaires est restée longtemps fermée hier soir où Chris McSorley a livré ses quatre vérités à un groupe qui couve une mini-crise.

Après une double pénalité très sévère infligée à Jack Skille, le visiteur en a profité pour prendre les devants avant que Benjamin Neukom n’exploite un trou derrière un Gauthier Descloux moins impérial que d’habitude.

Le sursaut d’orgueil du duo Winnik - Skille n’a toutefois pas suffi pour relancer Ge/Servette, le bon Eero Elo (deux buts et un assist) se chargeant de mettre en lumière les carences défensives des Genevois qui ont deux jours pour éteindre le feu au lac avant la visite, mardi prochain, d’un Lausanne où il y aura, cette fois-ci, une forte odeur de revanche…

Votre opinion