Vaud: Cadavre à Vevey: quatre requérants en détention

Publié

VaudCadavre à Vevey: quatre requérants en détention

Une Suissesse de 27 ans avait été retrouvée sans vie en mars dernier dans le lac Léman. Quatre réfugiés de l'EVAM sont incarcérés.

par
Evelyne Emeri
Le rivage du Lac à Vevey.

Le rivage du Lac à Vevey.

Gilles Richard

Le 10 mars, vers 07h20, une promeneuse alertait la police d'une macabre découverte: un corps flottait dans le lac, à quelques mètres du rivage. Si le corps a été formellement identifié comme étant celui d'une Suissesse de 27 ans, domiciliée à Vevey, les enquêteurs peinaient à reconstituer les derniers instants de la malheureuse. La police cantonale vaudoise avait lancé un appel à témoins.

Selon nos informations, cette jeune femme, transexuelle, était valaisanne. Dans la soirée du vendredi 9 mars, des témoins ont affirmé l'avoir vue postée devant l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM), situé à l'avenue Général-Guisan à Vevey, et interpeller plusieurs requérants d'asile. Elle recherchait visiblement des relations sexuelles et lançait des «Fuck me» à tous ceux qui voulaient bien l'entendre. Elle était sous l'emprise de l'alcool et en surdose d'anti-dépresseurs. Autrement dit, dans un état manifestement altéré.

Actes d'ordre sexuel et omission de prêter secours

Chargé de l'affaire, le procureur Stephan Johner a placé quatre personnes en détention provisoire depuis fin avril, afin d'éviter tout risque de fuite ou de collusion. Il s'agit de quatre réfugiés de l'EVAM de Vevey, âgés entre 26 et 32 ans: deux Algériens, un Marocain et un Tunisien avec lesquels la défunte a passé ses dernières heures selon l'enquête pénale toujours en cours. Pour l'heure, ils sont prévenus d'actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance, ainsi que d'omission de prêter secours et d'infraction à la loi fédérale sur les stupéfiants.

Les investigations ont permis de découvrir dans les parties intimes de la victime et sous ses ongles les liquides séminaux et les profils ADN de trois des quatre suspects. L'intervention d'un tiers n'est pas établie s'agissant de la chute dans le lac de la jeune femme et de sa noyade dans les eaux du Léman.

Ton opinion