Publié

Initiative populaireCaisse maladie unique: Berset favorable à un contre-projet

Le conseiller fédéral socialiste Alain Berset, chef du Département fédéral de l'Intérieur (DFI), veut proposer au Conseil fédéral le lancement d'un contre-projet à l'initiative «pour une caisse maladie publique».

Alain Berset envisage un contre-projet à l'initiative «pour une caisse maladie publique».

Alain Berset envisage un contre-projet à l'initiative «pour une caisse maladie publique».

ARCHIVES, Keystone

Le conseiller fédéral socialiste Alain Berset envisage un contre-projet à l'initiative «pour une caisse maladie publique», le texte déposé en mai dernier par une coalition de gauche. Le ministre de la santé l'a évoqué dimanche soir dans l'émission de la RTS «Mise au Point».

Le chef du Département fédéral de l'Intérieur (DFI) veut proposer au Conseil fédéral son contre-projet, mais il n'a pas précisé quand. Alain Berset précise que son texte aura pour objectif de «garantir un système transparent et compréhensible et qui permette de corriger les problèmes identifiés ces quinze dernières années dans le domaine» de la loi sur l'assurance-maladie.

Il n'est toutefois pas entré dans les détails, mais a affirmé vouloir étudier «plusieurs hypothèses», comme la séparation plus claire entre les assurances de base et les assurances complémentaires. Le contre-projet «est le moyen approprié. (...) Le travail est actuellement en cours», a encore déclaré Alain Berset.

Moratoire de nouveaux cabinets?

L'initiative populaire «pour une caisse maladie publique» prévoit la création d'une institution nationale d'assurance maladie unique avec des agences cantonales qui établiront les primes et les encaisseront.

La gauche, les syndicats, des associations de défense des patients et de consommateurs l'ont lancée pour mettre fin à ce qu'ils estiment une fausse concurrence entre les 80 caisses privées actuelles. La votation pourrait avoir lieu en 2014.

En 2007, les Suisses avaient déjà été appelés à se prononcer sur un système de caisse unique et l'initiative avait été clairement balayée par 71,2% des votants. L'ancien projet incluait des cotisations dépendantes du revenu, une exigence dont il n'est plus question cette fois-ci.

Par ailleurs, face à l'afflux de médecins étrangers notamment, Alain Berset dit être prêt à discuter du retour d'un moratoire des nouveaux cabinets médicaux, mesure abandonnée par le parlement à la fin de l'année dernière. «Il doit y avoir un contrôle», a-t-il dit dans l'entretien accordé à «Mise au Point».

(ats)

Votre opinion