Publié

PoliceCambriolages dans le Jura: la piste française

Le Jura a été victime de nombreux cambriolages dans la nuit de mercredi à jeudi.

par
Vincent Donzé
Keystone

D'où viennent les cambrioleurs qui ont écumé le Jura dans la nuit de mercredi à jeudi? Faut-il regarder du côté de la frontière? Selon le procureur Jean Crevoisier, tous les cambriolages ne sont pas attribués au même délinquant. Ce magistrat a ordonné le maintien en détention de l'unique voleur arrêté. Ce récidiviste s'est introduit par effraction dans le garage du Passage à Courtételle pour y saisir du matériel électronique. Il a quitté les lieux en volant d'une Fiat Punto retrouvée accidentée dans la région de Saulcy. Aucun autre cambriolage ne lui est attribué.

Le procureur jurassien distingue les vols commis dans les régions de Delémont et de Porrentruy. Autour de la capitale jurassienne, la série a commencé mercredi vers 21h20, quand la centrale téléphonique de la police cantonale a été avisée que trois individus ayant des comportements suspects rôdaient dans le village d'Ederswiler. La patrouille de gendarmerie qui s'est rendue sur place a constaté qu'un container avait été endommagé, mais aucun vol n'a été constaté. Vers 23h45, c'est à Movelier que trois personnes ont été aperçues. Plus tard, à Soyhières, trois bicyclettes étaient abandonnées et une voiture était volée. Ce véhicule a été retrouvé au petit matin à Crémines, où la police bernoise a constaté qu'une autre voiture avait été volée. A Delémont, la station d´essence Umatec a aussi reçu la visite de malfrats: un automate a été forcé et de l'argent a été dérobé.

En Ajoie, de la monnaie a été emportée au restaurant de l'aérodrome de Courtedoux, tandis qu'à Porrentruy, le magasin de la ligne artisanale était détroussé. A Courrendlin, à la carrière des Matériaux Sabag, deux containers ont été forcés et deux téléphones portables ont été emportés.

"Les vagues de cambriolages nous conduisent souvent à des gens de passage qui traversent la frontière", constate Jean Crevoisier. Selon lui, l'Ajoie est une porte d'entrée vers d'autres cantons. La brigade mobile effectue des patrouilles, mais de nombreuses douanes ne sont plus surveillées. Les voleurs peuvent être des étrangers résidant en France, parfois illégalement. Le procureur évoque ainsi des Roumains ou des Moldaves sans le sou après avoir perdu du travail au noir, mais les bandits lyonnais ne sévissent pas dans le Jura.

Jean Crevoisier précise que certains délits récents ont été commis par des ressortissants suisses. Les voleurs cherchent surtout de l'argent et des bijoux. Plus difficilement transportables, les ordinateurs sont moins visés. Quant aux métaux, ils intéressent des bandes spécialisées.

La police fait une distinction entre les cambriolages des brigandages. Dans le premier cas, les voleurs ont généralement disparu depuis longtemps quand le vol est découvert.

Ton opinion