Brexit: Cameron: «Pour l'amour du ciel, mon vieux, partez!»
Publié

BrexitCameron: «Pour l'amour du ciel, mon vieux, partez!»

Le Premier ministre britannique s'emporte contre le chef de l'opposition. David Cameron appelle Jeremy Corbyn à démissionner.

1 / 150
Le président du Conseil européen Donald Tusk s'exprime lors de son arrivée au Sommet Européen spécialement dédié au Brexit à Bruxelles. (Samedi 29 avril 2017)

Le président du Conseil européen Donald Tusk s'exprime lors de son arrivée au Sommet Européen spécialement dédié au Brexit à Bruxelles. (Samedi 29 avril 2017)

Keystone
Nicola Sturgeon rédige une lettre à la Première ministre britannique dans laquelle elle souligne que «le peuple écossais doit avoir le droit de choisir son propre avenir». (Jeudi 30 mars 2017)

Nicola Sturgeon rédige une lettre à la Première ministre britannique dans laquelle elle souligne que «le peuple écossais doit avoir le droit de choisir son propre avenir». (Jeudi 30 mars 2017)

AFP
Donald Tusk a expliqué que la «relation future» avec le Royaume-Uni ne se fera uniquement quand des «progrès suffisants» auront été faits sur l'accord réglant le divorce. (31 mars 2017)

Donald Tusk a expliqué que la «relation future» avec le Royaume-Uni ne se fera uniquement quand des «progrès suffisants» auront été faits sur l'accord réglant le divorce. (31 mars 2017)

AFP

Le Premier ministre britannique démissionnaire David Cameron a appelé mercredi le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn à quitter lui aussi ses fonctions au nom de «l'intérêt national», lors d'une séance au parlement. «C'est sans doute dans l'intérêt de mon parti qu'il soit assis là, mais ce n'est pas dans l'intérêt national. Pour l'amour du ciel, mon vieux, partez!» a lancé M. Cameron, qui a lui-même démissionné après avoir perdu le référendum sur un maintien de son pays dans l'UE.

Jeremy Corbyn, leader déjà contesté du Labour, est soumis à un regain de contestation depuis le référendum qui s'est conclu par un Brexit, une sortie du pays de l'UE, accusé d'avoir fait campagne du bout des lèvres.

Il reste malgré un vote de défiance contre lui

Il a essuyé mardi un vote de défiance de ses députés par 172 voix contre lui et 40 le soutenant. Et plus de la moitié de son cabinet fantôme a démissionné.

Mais il refuse de démissionner, faisant valoir qu'il a été élu par 60% des membres et partisans du Labour et qu'il ne les «trahira pas».

La crise du Labour est venue doubler celle que traverse le parti conservateur. La course à la succession de M. Cameron s'est ouverte mercredi, avec deux favoris: le chef du camp pro-Brexit Boris Johnson et la ministre de l'Intérieur Theresa May, possible candidate de compromis.

(AFP)

Votre opinion