Ski alpin: Camille Rast: «On va y aller au culot»
Publié

Ski alpinCamille Rast: «On va y aller au culot»

Après sa belle et prometteuse sixième place en slalom mardi à Flachau, la Valaisanne va tenter encore une fois de briller ce week-end lors des deux géants de Kranjska Gora.

par
Christian Maillard
Camille Rast était radieuse ce mardi à Flachau.

Camille Rast était radieuse ce mardi à Flachau.

GETTY IMAGES

Le Père Noël est venu avec un petit retard, mais il a été drôlement sympa et reconnaissant avec Camille Rast, mardi à Flachau. Dans sa hotte, il y avait une belle sixième place en slalom, elle qui s’était élancée avec le dossard 57 sur une piste marquée, mais moins que d’habitude, idéale pour aller chercher cette performance majuscule.

Trois jours plus tard, la Valaisanne de 21 ans n’a évidemment pas oublié son petit exploit, mais il a bien fallu redescendre de son nuage et reprendre l’entraînement alors que ce week-end à Kranjska Gora il y a deux géants au programme, son autre spécialité. Un autre combat aussi pour ce grand espoir du ski suisse, championne du monde junior de slalom en 2017 quelques semaines après un 9e rang en Coupe du monde à Kronplatz, à l’âge de 17 ans, qui est revenue de si loin

Victime d’une mononucléose il y a quatre ans puis d’une rupture du ligament croisé antérieur en mars 2019, la Vétrozaine a pris l’habitude de se battre et de renverser des montagnes, même s’il y a eu des jours plus difficiles où elle a pensé tout envoyer valser.

Du coup, quel soulagement lorsqu’elle s’est installée mardi soir sur ce fauteuil rouge de leader et que toutes les filles parties après elle se sont retrouvées derrière, pour gagner au final huit rangs sur le second tracé. Durant cette belle remontée, tandis qu’elle était assise sur ce trône, il y a eu de longues minutes de bonheur où plein de sentiments se sont entrechoqués alors que ses coéquipières mais aussi des adversaires venaient la féliciter, conscientes que ce chemin du retour vers les premières places avait été tortueux et qu’elle méritait ce qui lui arrivait enfin.

«Mais dans ce siège je n’ai pas eu trop le temps de réfléchir, explique la Valaisanne. Tout d’abord, on se dit qu’on va rester là durant le passage de deux à trois concurrentes, qu’on ne va pas faire long. Puis, à fur et à mesure que les autres descendaient, jusqu’au départ de Michelle Gisin, ce n’était que de l’incrédulité et du bonheur. Mais à aucun moment je n’ai songé à toutes ces années de galère. On se dit juste mais qu’est-ce qui s’est passé, comment j’ai fait ça et si je vais pouvoir le refaire. Ce n’est qu’ensuite, de retour à l’hôtel, au calme que j’y ai repensé…»

Ce n’est qu’ensuite, seule dans sa chambre, qu'il y a eu, forcément, comme son préparateur physique Florian Lorimier, beaucoup d’émotions; qu’elle s’est dit que durant tous ces mois de sueur et de douleurs, elle n’avait pas souffert pour rien. «Effectivement, sourit-elle. Physiquement je suis hypercontente, je me sens vraiment bien et même mieux qu’avant. Florian a eu le droit de verser sa petite larme.» Comme il l’avait fait pour Justin Murisier, lui aussi revenu de si loin, après de nombreuses opérations aux genoux.

Après avoir longtemps tourné autour de la qualification, Camille Rast espère bien que cette 6e place va lui permettre d’enchaîner de bons résultats.

Après avoir longtemps tourné autour de la qualification, Camille Rast espère bien que cette 6e place va lui permettre d’enchaîner de bons résultats.

AFP

Celle qui a été aussi vice-championne du monde junior en géant en 2019 se réjouit de battre le fer pendant qu’il est chaud, de tenter de confirmer cette grosse bouffée d’oxygène dès ce samedi matin en Slovénie. «Comme je n’ai pas pu trop m’entraîner dans cette discipline ces derniers temps, on va y aller au culot, sourit la Valaisanne. Je vais encore partir avec un gros numéro, soupire-t-elle, mais j’ai réussi à le faire en slalom pourquoi pas en géant. Surtout avec cette dose de confiance en plus depuis ce bon résultat à Flachau. D’après ce que j’ai entendu, la piste de Kranjska Gora est bonne, elle devrait bien tenir.»

En Coupe d’Europe, où elle est allée en quête de points FIS pour tenter d’améliorer ses dossards, Camille Rast est montée deux fois sur le podium, fin décembre à Andalo (Italie) en géant (2e) et le 9 janvier à Vaujany (France) en slalom (3e). De quoi la rassurer pleinement avant les épreuves de ce week-end et la suite de la saison dans les disciplines techniques.

«Avec Wendy Holdener, Michelle Gisin et Mélanie Meillard, on a passé quelques semaines ensemble où on a pu, dans un bon esprit d’équipe, se tirer les unes et les autres vers l’avant»

Camille Rast, 6e du slalom de Flachau

«Avec Wendy Holdener, Michelle Gisin et Mélanie Meillard, on a passé quelques semaines ensemble où on a pu, dans un bon esprit d’équipe, se tirer les unes et les autres vers l’avant. C’était tout bonus.» Comme ces championnats du monde de Cortina qui arrivent pour elle, comme par enchantement, quatre ans après ses premiers à Saint-Moritz alors qu’elle n’avait que 17 ans. «Je commence gentiment à planifier les prochaines semaines où il reste trois géants avant les Mondiaux où avec toutes ces histoires de Covid il va surtout faire attention et s’entraîner comme il faut dans notre bulle pour éviter le moindre problème.»

Malgré ce virus tenace, qui l’a empêché de partager sa belle sixième place avec le public à Flachau, la Valaisanne se montre positive. Depuis qu’elle a croisé le Père Noël, elle veut croire à des joueurs meilleurs, un hiver normal avec des courses et un public…

Votre opinion

2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Nulli

16.01.2021, 10:55

Camille qui? Combal??

Huihgb

16.01.2021, 08:21

Moins de fautes svp!!