13.08.2020 à 04:46

PatrimoineCampari illumine Bienne en sept lettres rouges

Une enseigne lumineuse abîmée en 2017 a été réhabilitée sans tambour ni trompette. Mercredi soir, un fan d’architecture a célébré l’événement.

par
Vincent Donzé
1 / 11
L’épilogue rend hommage à Giuseppe Mercato, qui avait identifié le «R» volé dans une brocante.

L’épilogue rend hommage à Giuseppe Mercato, qui avait identifié le «R» volé dans une brocante.

lematin.ch/Vincent Donzé
L’enseigne originale a été descendue mardi en trois morceaux, avec son «R» rafistolé.

L’enseigne originale a été descendue mardi en trois morceaux, avec son «R» rafistolé.

Matthias Grütter
En 2017, «Le Matin» avait rapatrié à Bienne le «R» retrouvé dans un appartement débarrassé par l’entreprise Regenove.

En 2017, «Le Matin» avait rapatrié à Bienne le «R» retrouvé dans un appartement débarrassé par l’entreprise Regenove.

lematin.ch/Jean-Guy Python

Voilà, c’est fait, et de la meilleure manière: malmenée voici trois ans par une tempête, puis par un voleur, l’enseigne lumineuse «Campari» revit depuis mercredi soir sur la place Centrale de Bienne. Un événement patrimonial qui n’a pas été salué par le commanditaire mais par un fan de l’architecture Bauhaus: à titre personnel, Matthias Grütter a offert un apéro à la tombée de la nuit.

À l’époque, dans les années 1950, le «Campari» faisait écho à un «Firestone» aujourd’hui disparu. «Incroyable: c’est comme du néon! La moitié de la ville est désormais complète!», s’est enthousiasmé Matthias Grütter. Ils n’étaient que quelques-uns à célébrer l’événement mercredi soir. Mais au-delà de l’aspect publicitaire, ils seront nombreux à saluer ce retour d’un élément essentiel du patrimoine biennois.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé