Publié

FootballCAN-2013 - Les cancans de la CAN (ENCADRE)

Vide.

16h40 à Rustenburg, à vingt minutes du coup d'envoi de Côte d'Ivoire-Togo: le speaker du stade annonce la composition des équipes, d'une voix enthousiaste et à forts décibels, dans un stade... vide! Ou presque: on comptait alors environ 200 supporters ivoiriens massés ensemble et tout d'orange vêtus, et peut-être une centaine de spectateurs disséminés dans les tribunes, si bien que des pans entiers de gradins étaient entièrement vides, dans ce stade d'une capacité de 42.000 spectateurs. Au coup d'envoi, quelques centaines de spectateurs avaient pris place, sans que l'impression de vacuité ne soit évacuée... Autorité. Lors de Côte d'Ivoire-Togo, Sur un débordement, Gervinho est mal retombé et s'est fait mal à la cheville droite. Il est resté un instant à terre, et Drogba a pris des nouvelles. Gervinho a voulu se relever, grimaçant, mais son capitaine lui a intimé de la voix et du bras de rester à terre et d'attendre un arrêt de jeu pour se faire soigner. Et l'ailier s'est étendu à nouveau sur la pelouse. L'autorité du chef ne se discute pas! Et Gradel, qui est rentré du terrain alors que l'arbitre ne l'y avait pas invité, a écopé d'un avertissement stupide qui lui a valu les remontrances du même Drogba. Chemise. L'entraîneur français Hervé Renard avait fait passer sa chemise blanche fétiche et porte-bonheur à la postérité en étant sacré champion d'Afrique avec la Zambie en 2012. Hasard ou pas, ses deux compatriotes Sabri Lamouchi (Côte d'Ivoire) et Didier Six (Togo) ont revêtu le même haut mardi pour leur entrée en lice dans la CAN-2013. Les Eléphants l'ont emporté finalement 2-1, sur le fil, et c'est Lamouchi qui aura étrenné une chemise porte-bonheur. ybl/mam

(AFP)

Votre opinion