Publié

FootballCAN-2015 - Congo-RDC: le maire de Brazzaville en appelle au fair-play

Le maire de Brazzaville a appelé jeudi le public de la capitale congolaise à faire preuve de fair-play quelle que soit l'issue du match qui opposera samedi son équipe nationale à celle de la République démocratique du Congo.

Ce quart de finale de la 30e Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en Guinée-Equatoriale, sera la quatrième rencontre entre les deux pays riverains du fleuve Congo en phase finale de cette compétition. La RDC a gagné deux des trois précédents derbys congolais (en 1968 et 1972) en phase finale de la CAN, le Congo l'ayant emporté en 1974. Le choc entre les "Diables rouges" du Congo et les "Léopards" de la RDC "ne doit pas être un prétexte pour troubler la quiétude et le vivre ensemble des citoyens de toutes nationalités établis à Brazzaville, terre d'accueil et d'hospitalité légendaire", déclare le maire, Hugues Ngouélondélé, dans un communiqué. "Le Conseil municipal, par ma voix, lance un vibrant appel au grand public brazzavillois pour qu'il fasse preuve de fair-play quelle que soit l'issue" de la partie, ajoute-t-il. Déplorant que "des citoyens mal intentionnés [aient pu profiter] des matchs [précédents] des Diables rouges pour se livrer à des actes de vandalisme, de vol et de pillage", M. Ngouélondélé précise que "l'action vigoureuse de la force publique est requise" dans toute la capitale "pour décourager toute tentative de troubles à l'ordre public". Cette mise en garde trouve aussi son fondement dans le fait que depuis une semaine les autorités congolaises ont relancé l'opération de police "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) destinée à expulser tous les étrangers en situation irrégulière. La première phase de cette opération, lancée en avril 2014, a vu officiellement 245.000 ressortissants de la RDC regagner leur pays. L'ONU et plusieurs ONG de défense des droits de l'Homme avaient alors dénoncé de graves violations des droits de l'Homme par les forces de l'ordre, parfois avec l'aide de la population locale. str/mj/gv

(AFP)

Votre opinion