Publié

FootballCAN-2015 - Les cancans de la CAN

Bata (Guinée équatoriale), 29 jan 2015 (AFP) - A la carte.

Javier Balboa, l'un des deux joueurs de Guinée équatoriale qui jouent en Europe au haut niveau, à Estoril dans le Championnat portugais, a l'habitude de faire des exercices en salle avant l'entraînement, et le sélectionneur Esteban Becker le laisse volontiers faire en équipe nationale. Mais ce jeudi, l'attaquant a joué les prolongations et n'a rejoint le reste du groupe sur le terrain annexe du stade de Bata qu'une bonne demi-heure après le début de la session. C'est à ce genre de passe-droit qu'on reconnaît les joueurs incontournables. Pompes. Les joueurs du Congo qui échouent ou se trompent dans certains exercices ludiques à l'entraînement doivent faire cinq pompes. A la fin de la session de jeudi, au moment des étirements, certains en ont fait volontairement. Et pour faire corps avec son groupe, le sélectionneur Claude Le Roy y est allé lui aussi de ses pompes, à 66 ans. Loupe. Interrogé sur ce qu'il fallait craindre de l'équipe de Guinée équatoriale samedi en quart de finale, le sélectionneur belge de la Tunisie, Georges Leekens a répondu: "Le danger c'est leur qualité, c'est aussi leurs supporteurs. Je crois que l'arbitre sera objectif, tout le monde peut faire des fautes, et c'est normal qu'ici il sera observé encore plus à la loupe. Nous autres, on n'a pas été gâté. Je n'ai jamais pleuré, j'ai mis les points sur les i". Manger. Y aura-t-il encore des changements dans le onze de départ de la Tunisie ? Sans se prononcer, Georges Leekens a dévoilé aux journalistes, avant l'entraînement de jeudi, un petit pan de sa méthode: "Tu vas voir, c'est pour ça que je vais vite finir cette petite conférence de presse, pour regarder comment ils mangent, comment ils s'entraînent, comment ils sont. Je vais avoir des rendez-vous individuels avec mes joueurs, surtout ceux qui n'ont pas joué. Vous avez vu que ceux qui ont eu leur chance ont pris directement leur chance". Martial. Le président de la Guinée équatoriale a tenu aux joueurs de la sélection nationale dans leur hôtel de Bata un discours à tonalité militaire après leur qualification pour les quarts: "Je ne peux pas vous demander plus. Je suis satisfait, mais vouloir c'est pouvoir et si vous voulez, vous pouvez obtenir plus de victoires. Vous avez gagné une bataille, mais la guerre du tournoi continue". Et Teodoro Obiang Nguema d'ajouter, selon la transcription du très officiel Bureau d'information et de presse de Guinée équatoriale: "Nous sommes un petit pays, mais nous démontrons notre grandeur. Grâce à votre victoire, vous avez remonté le moral du peuple. Félicitations et merci beaucoup". ybl/sk

(AFP)

Votre opinion