Publié

footCAN-2015 - Les cancans de la CAN

Mongomo (Guinée équatoriale), 19 jan 2015 (AFP) - Télescopage.

C'est un classique de la Coupe d'Afrique: deux équipes qui se retrouvent sur le même terrain d'entraînement. Cela s'est passé dimanche dans le groupe A. Le petit stade de Bikuy, dans la périphérie de Bata, a vu d'abord arriver le Burkina Faso. Puis le Congo s'est pointé, ce qui a occasionné quelques discussions franches entre les deux délégations. Les Congolais sont entrés sur la pelouse alors que les Burkinabè faisaient leurs étirements. Même le Gabon a fait son apparition, mais le bus des Panthères ne s'est pas attardé et est reparti aussi sec. Arbitrage. Les matches de samedi et dimanche ont été très satisfaisants sur le plan de l'arbitrage, selon un membre de l'équipe technique d'obervation de la CAF consulté par l'AFP. La seule décision litigieuse s'est produite lors du match d'ouverture entre la Guinée équatoriale et le Congo (1-1), lorsque l'arbitre a refusé de valider le but du capitaine équato-guinéen, Emilio Nsue Lopez, un lob jugé hors-jeu. Les deux caméras qui ont capté l'action proposaient une lecture contradictoire, l'une penchant pour le hors-jeu, l'autre pas. Speakers. Il valait mieux que le public du stade de Mongomo ne se fie pas aux deux speakers pour connaître l'identité des deux premiers buteurs de Ghana-Sénégal (2-1). Le premier but fut attribué en espagnol à "Jordan Ayew", et en français à "Dédé Ayew" (André, le Marseillais, a effectivement ouvert la marque sur penalty). L'égalisation, dans les deux langues cette fois, a été l'oeuvre du "N°8 Cheikhou Kouyaté" selon les deux speakers, alors que c'est bien Mame Biram Diouf, le N°9, qui l'a réussie... Confusion. Avant la conférence de presse de la Côte d'Ivoire, lundi, la chef de presse du site de Malabo avait prévenu qu'elle n'accepterait que des sujets ayant trait à la CAN. Ne maîtrisant pas le français, elle a connu un petit moment de panique après une question posée à Yaya Touré sur son futur coéquipier à Manchester City, Wilfried Bony. L'officiel avait en fait cru comprendre que celle-ci portait sur le virus Ebola... Mégalo. L'attaquant ivoirien Gervinho serait-il victime de mégalomanie ? Le joueur de l'AS Rome a en tout cas été aperçu par l'AFP lundi au balcon de son hôtel, dans le quartier de Sipopo à Malabo, arborant une casquette avec l'inscription "Gervinho". ybl-kn/es

(AFP)

Votre opinion