03.05.2013 à 18:17

SantéCancer de l'amiante: l'Uni de Fribourg fait une découverte

Des chercheurs de l'Université de Fribourg (UNIFR) ont découvert une piste prometteuse dans la lutte contre les cancers du poumon dus à l'amiante.

Université de Fribourg.

Université de Fribourg.

DR

Des chercheurs de l'Université de Fribourg ont pu trouver qu'en freinant l'expression d'une protéine dans les cellules cancéreuses, celles-ci meurent.

Le Pr Beat Schwaller, du Département de médecine de l'UNIFR, étudie depuis bientôt vingt ans la protéine calrétinine et ses possibles rôles à l'intérieur des cellules. On sait que la calrétinine, une protéine liant le calcium, est surexprimée dans les mésothéliomes - cancers des poumons dus aux fibres d'amiante - mais on ignore sa fonction précise, tant dans les cellules saines que cancéreuses.

En 1993 déjà, le Pr Schwaller avait fabriqué des anticorps-calrétinine dans son laboratoire et les utilisait comme marqueurs positifs dans le dépistage des mésothéliomes, a indiqué l'UNIFR vendredi dans un communiqué. Une méthode utilisée aujourd'hui encore par des pathologistes du monde entier.

Grâce à des méthodes issues de la biologie moléculaire, il est maintenant possible de freiner efficacement l'expression de la calrétinine dans les cellules des mésothéliomes. Et le résultat est surprenant: les cellules cancéreuses meurent. Leur mort survient soit par apoptose, mort cellulaire programmée, soit par nécrose, mort cellulaire pathologique.

Cible prometteuse

La calrétinine constitue donc une cible prometteuse pour un potentiel nouveau traitement de ce type de cancers, comme l'écrivent les chercheurs dans la revue International Journal of Cancer.

La durée d'exposition à l'amiante, jusqu'à la formation d'un mésothéliome malin, est d'environ 20 à 40 ans. En revanche, dès l'apparition des premiers symptômes, l'espérance de vie du patient est en général de moins d'un an. Jusqu'à aujourd'hui, aucune thérapie ne s'est montrée efficace.

La Suisse a interdit l'amiante depuis plus de 20 ans mais on trouve encore ce matériau dans de nombreux vieux bâtiments. Des pays comme le Canada, la Chine et la Russie continuent à en fabriquer et à en utiliser dans la construction.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!