Bienne - Caravanes: une occupation illégale source de tensions
Publié

BienneCaravanes: une occupation illégale source de tensions

Deux élus de droite se renvoient la balle au sujet de la responsabilité d’un campement de gens du voyage.

par
Vincent Donzé
L’après-midi du mardi 27 avril, le campement était toujours présents à la Tissot Arena, côté Sud.

L’après-midi du mardi 27 avril, le campement était toujours présents à la Tissot Arena, côté Sud.

Lenmatin.ch/Vincent Donzé

Des gens du voyage étrangers, il y en a en nombre à Bienne, avec 80 caravanes parquées en toute illégalité au Sud de la Tissot Arena. Une présence qui a provoqué une passe d’armes politiques: dans l’hebdomadaire «Biel Bienne», la directrice des Finances Silvia Steidle (PLR) et le directeur de la Sécurité Beat Feurer (UDC) se sont rejeté mutuellement la responsabilité des problèmes engendrés par cette présence, au point de nécessiter l’arbitrage du maire Erich Fehr.

Selon Beat Feurer, ni sa direction, ni la police cantonale n’ont les moyens d’intervenir contre cette occupation illégale, aucun ordre d’évacuation n’ayant été délivré par sa collègue Silvia Steidle, responsable de l’administration des immeubles.

Place officielle

Silvia Steidle renvoie la balle à son collègue, chargé de trouver une place officielle. Aux Champs-de-Boujean, à côté du stade, les gens du voyage «ne font qu’attendre une solution», c’est-à-dire l’octroi d’une place officielle. «Les chasser de la Tissot Arena ne ferait que déplacer le problème dans un autre secteur de la ville», estime Silvia Steidle.

Pendant les vacances des deux élus, le maire de Bienne Erich Fehr a demandé aux deux départements concernés de procéder à l’évacuation immédiate des campements. L’ordre de renvoi a été transmis vendredi dernier à la police cantonale. Quatre jours plus tard, du linge séchait toujours sur des cordes tendues entre les caravanes.

Au bas des escaliers du stade, les caravanes étaient déjà là le 3 avril dernier.

Au bas des escaliers du stade, les caravanes étaient déjà là le 3 avril dernier.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Dans cette affaire résumée par «Le Journal du Jura», le maire soutient l’argumentation de Beat Feurer: une procédure a été adoptée il y a six ans pour toute occupation illégale. Ce protocole prévoit de fixer un délai pour le renvoi des gens du voyage et porter plainte s’ils n’ont pas quitté les lieux comme demandé. Au besoin, il appartient à la police de procéder à l’évacuation.

Si le maire est intervenu, c’est suite à des incidents qui se sont déroulés aux abords du stade: des déprédations, des souillures, mais aussi le déclenchement d’alarmes incendie. Les commerçants de la Tissot Arena se sont plaints.

Votre opinion