Ski alpin: Carlo Janka: un genou qui vaut de l'or
Publié

Ski alpinCarlo Janka: un genou qui vaut de l'or

Moins de trois mois après sa rupture du ligament croisé antérieur et sans être passé sur le billard, le Grison tente un retour à la compétition à Wengen avec les JO en tête.

par
Textes: Florian Müller
Wengen
Carlo Janka a testé son genou droit, dont on distingue l'attelle sous sa combinaison, lors des entraînements

Carlo Janka a testé son genou droit, dont on distingue l'attelle sous sa combinaison, lors des entraînements

Keystone

A priori, c'est un pari un peu fou. De ceux qui se tentent une fois dans la carrière d'un athlète. Carlo Janka se risque à un retour à la compétition ce week-end à Wengen alors qu'il s'est déchiré le ligament croisé antérieur (LCA) du genou droit fin octobre. Mais comment est-ce possible, sans passer sur le billard?

«Si Carlo Janka a pu envisager un traitement conservateur – c'est-à-dire sans intervention chirurgicale –, c'est qu'il s'agissait probablement d'une rupture partielle et isolée du LCA, sans atteinte des autres structures importantes du genou, comme les ligaments collatéraux ou les ménisques, explique Maxime Grosclaude, médecin du sport à l'Hôpital de la Tour et répondant pour Swiss Ski. Dans ce cas, un espoir et une chance de cicatrisation existent. Il est possible que le ligament déchiré vienne s'attacher quasi à l'endroit où il se trouvait initialement et qu'on obtienne une cicatrisation partielle mais durable.»

Aucune douleur

Mercredi, lors du premier entraînement en vue de la descente de samedi, le pari s'est teinté de reflets gagnants. Bien aidé par une attelle qui assure la stabilité latérale de son genou, Janka a réalisé le 21e temps en skiant sur la retenue. «Je n'ai ressenti aucune douleur, confie le skieur grison. Mais la confiance dans mon corps n'est pas encore là. Je déciderai après le deuxième entraînement de jeudi (ndlr: il a signé le 22e chrono) si je prends le départ samedi.»

La plus longue descente de la saison (4,48 km) n'a donc pas eu raison de son genou, alors que Janka a retrouvé la neige il n'y a que trois semaines de cela. «Le rôle du LCA est d'empêcher le tibia de partir vers l'avant, reprend le Dr Grosclaude. Il agit comme une corde qui se tend et se détend. Mais il n'est pas le seul à jouer ce rôle. Les muscles, comme les ischio-jambiers, agissent aussi mais comme stabilisateurs dynamiques. Avec une rééducation neuromusculaire ciblée, il est donc possible de compenser la perte partielle du LCA.»

Rarement épargné par les gros pépins physiques – le cœur, le dos, entre autres – comme par les doutes, le dernier vainqueur suisse du grand Globe de cristal (2010) a choisi de prendre un risque calculé. «Pour s'assurer de la stabilité du genou, on procède à des tests fonctionnels et musculaires qui se rapprochent du geste sportif, explique Maxime Grosclaude. Ce sont des outils qui permettent de mesurer l'insuffisance musculaire résiduelle et d'obtenir un feu vert médical.»

Pas grand-chose à perdre

Si Carlo Janka a décidé d'emprunter ce chemin étroit et abrupt, c'est que la perspective des Jeux olympiques de Pyeongchang valait à ses yeux tout l'or du monde. Lui, le vainqueur du super-G sur la piste des JO voici deux ans de cela, sait qu'il peut frapper un grand coup. Encore lui faut-il tenter de décrocher sa qualification – un top 7 ou deux top 15 – alors que le temps presse.

«Dans le cadre d'une saison olympique, le pari en vaut la peine, estime Maxime Grosclaude. Car en privilégiant un traitement chirurgical, Janka aurait sans aucun doute dû faire une croix sur les JO. Là, le risque, c'est une re-rupture associée à une lésion méniscale: l'intervention chirurgicale serait alors inévitable.»

Mais quitte à se faire opérer, autant que la rééducation se passe durant l'intersaison: non, Carlo Janka n'a pas grand-chose à perdre.

Wengen. Deuxième et dernier entraînement en vue de la descente Coupe du monde de samedi: 1. Théaux (Fr) 2'29''69. 2. Mayer (Aut) à 0''36. 3. Franz (Aut) à 0''66. 4. Jansrud (Nor) à 0''84. 5. Aamodt Kilde (Nor) à 0''90. 6. Clarey (Fr) à 0''96. 7. Goldberg (EU) à 0''97. 8. Reichelt (Aut) à 1''00. Puis: 17. Feuz (S) à 1''79. 21. Küng (S) à 1''92. 22. Janka (S) à 2''32. 23. Caviezel (S) à 2''33. 24. Svindal (Nor) à 2''35. 27. Mani (S) à 2''69. 42. Weber (S) 3''94. 43. Barandun (S) à 3''96. 44. Rogentin (S) à 4''10. 50. Roulin (S) à 4''73. 51. Kryenbühl (S) à 4''89. 59. Gisin (S) à 6''29. 60. Murisier (S) à 6''69. 69. Aerni (S) à 8''28.

Réveillère a joué 7?ans sans ligament croisé antérieur

Votre opinion