Tennis – Eliminé, Carlos Alcaraz, 18 ans, est «proche des meilleurs»
Publié

TennisÉliminé, Carlos Alcaraz, 18 ans, est «proche des meilleurs»

Après Stefanos Tsitsipas à l’US Open, le prodige espagnol de 18 ans a failli s’offrir Matteo Berrettini à l’Open d’Australie. Las pour lui, il a craqué au super tie-break.

par
Jérémy Santallo
Carlos Alcaraz a vécu une transformation musculaire impressionnante pendant l’intersaison.

Carlos Alcaraz a vécu une transformation musculaire impressionnante pendant l’intersaison.

AFP

Après plus de quatre heures à tenter de contrer les changements de rythme incessants de celui qui deviendra, peut-être, un jour le meilleur joueur du monde, Matteo Berrettini a rendu un hommage appuyé à Carlos Alcaraz. «Je crois qu’à son âge (ndlr: 18 ans), je n’avais même pas de points ATP. Il est déjà impressionnant et peut seulement s’améliorer encore avec des matches comme celui-ci. Il a montré toute l’étendue de son potentiel aujourd’hui.»

Quart de finaliste dans le plus grand court de tennis du monde, l’Arthur Ashe Stadium de Flushing Meadows (ndlr: 23’771 places), lors du dernier US Open, Carlos Alcaraz, qui avait triomphé de Stefanos Tsitsipas au jeu décisif du 5e set au 3e tour, n’a cette fois pas réussi à vaincre dans le money-time. L’Espagnol, mené 2 sets 0 par Matteo Berrettini vendredi, au 3e tour de l’Open d’Australie, s’est finalement incliné 6-2 7-6 (3) 4-6 2-6 7-6 (10-5).

À Melbourne, on a longtemps cru que le successeur annoncé de Rafael Nadal allait finir par passer l’épaule devant un Berrettini à bout de souffle dans le 4e set et qui s’est tordu la cheville au début de la manche décisive. Mais le cogneur italien, 7e joueur mondial tout de même, est dur au mal. S’il a raté une balle de match à 5-6 sur un retour de coup droit petit bras sur deuxième balle, il a su faire exploser Alcaraz côté coup droit dans le super tie-break.

«Je suis fier de moi, a réagi le jeune prodige, vainqueur du Masters de la «Next Gen» en novembre et aujourd’hui 31e au classement ATP, en conférence de presse. J’ai tout donné sur le court et c’est aussi la première fois que je remonte un débours de deux sets à rien. Je me rapproche des meilleurs. Lorsque je les ai joués, à part Rafa, je n’étais pas si loin. Je pense avoir le niveau pour affronter les plus grands. Oui, je suis prêt pour ça.»

La frayeur de Gaël Monfils

Votre opinion