Publié

Zurich«Carlos» devra rester en milieu fermé jusqu'à nouvel avis

Le jeune délinquant «Carlos», qui avait défrayé la chronique en août en raison de l'encadrement coûteux dont il bénéficiait, devra rester au centre fermé d'Uitikon (ZH) jusqu'à nouvel avis. La Cour suprême du canton de Zurich a rejeté son recours.

1 / 25
Le tribunal de district de Zurich a reconnu coupable de tentative de lésion corporelle grave le jeune «Carlos». Il est condamné à 18 mois de prison. (lundi 6 mars 2017)

Le tribunal de district de Zurich a reconnu coupable de tentative de lésion corporelle grave le jeune «Carlos». Il est condamné à 18 mois de prison. (lundi 6 mars 2017)

Keystone
«Carlos» a été condamné vendredi 28 août à une peine pécuniaire pour dommages à la propriété par le tribunal de district de Dietikon . Il écope de 33 jours-amende à 30 francs. (Vendredi 28 août 2015)

«Carlos» a été condamné vendredi 28 août à une peine pécuniaire pour dommages à la propriété par le tribunal de district de Dietikon . Il écope de 33 jours-amende à 30 francs. (Vendredi 28 août 2015)

Keystone
«Carlos» à son arrivée au  tribunal de district de Dietikon (ZH).  (Vendredi 28 août 2015)

«Carlos» à son arrivée au tribunal de district de Dietikon (ZH). (Vendredi 28 août 2015)

Keystone

«Carlos» avait fait recours contre son transfert du secteur des mineurs de la prison de Dietikon (ZH) au centre d'exécution des mesures pour jeunes délinquants d'Uitikon. Il exigeait de pouvoir poursuivre son programme de réinsertion en milieu ouvert.

La justice zurichoise a toutefois signifié vendredi son refus, comme elle l'avait déjà fait en septembre, lorsque l'adolescent avait fait recours contre son placement à Dietikon. Agé alors de 17 ans, il avait auparavant séjourné dans un appartement avant d'être placé de force en milieu fermé en raison de la médiatisation de l'affaire et des coûts élevés de son encadrement.

En marge de sa décision, la Cour suprême admet pourtant que dans le cas de «Carlos», qui a purgé sa peine en 2012, un placement en milieu fermé serait «problématique», s'il devait durer plus de six mois. Elle a donc «appelé les parties à continuer de chercher une solution rapide» dans un cadre éducatif et thérapeutique qui remplisse les conditions de sécurité, écrit le tribunal cantonal.

Les juges cantonaux appellent en outre «Carlos» à «mettre un terme à son opposition à l'expertise psychiatrique ordonnée par la Justice des mineurs». Celle-ci avait ordonné cette mesure dans le cadre de la recherche d'une solution nouvelle pour encadrer le jeune homme aujourd'hui âgé de 18 ans dans sa réinsertion.

(ats)

Ton opinion