Tennis: Casper Ruud défendra son titre samedi
Actualisé

TennisCasper Ruud défendra son titre samedi

Le Norvégien a résisté au déluge de frappes proposé par Reilly Opelka (7-6, 7-5). Sa force tranquille en fait le grand favori de la finale au Gonet Geneva Open.

par
Mathieu Aeschmann
Casper Ruud connaît désormais le central du TC Genève comme sa poche. (Pascal Muller/freshfocus)

Casper Ruud connaît désormais le central du TC Genève comme sa poche. (Pascal Muller/freshfocus)

Pascal Muller/freshfocus

Casper Ruud défendra son titre en finale du Gonet Geneva Open samedi. Le Norvégien s’est qualifié en deux sets assommants de monotonie face à Reilly Opelka (7-6, 7-5). Le grand mérite du No 8 mondial aura été de tenir son calme et sa ligne malgré le faux rythme imposé par l’Américain et son service de mammouth. Il aura fallu attendre le 24e jeu et une heure trente d’un tennis en trois coups pour voir la seule et unique balle de break de cette demi-finale (7-6, 5-5). Une double faute plus loin, Casper Ruud pouvait s’en aller servir pour le match.

Porté par le soleil de plomb qui grillait la terre battue des Eaux-Vives, le service de Reilly Opelka était encore un peu plus terrifiant ce vendredi. Surtout sa deuxième balle, laquelle menaçait de lober le retourneur, même en position ultra-reculée. Casper Ruud décida donc d’avancer pour relancer «bloqué», balle montante; ce que très peu de joueurs ont osé faire durant la semaine. Un travail de sape qui obligeait l’Américain a être efficace sur son deuxième coup de raquette. Il y parvenait parfaitement jusqu’au tie-break et ce lob boisé du tenant du titre (1-1). Minibreak et coup sur la tête. Opelka ne s’en remettra jamais vraiment.

Sans être génial, Casper Ruud confirme chaque tour un peu plus qu’il est le meilleur joueur du monde sur terre battue en ATP 250 (6 titres depuis 2020). Vendredi, une statistique a confirmé cette emprise. Le Norvégien a gagné 89% des points derrière sa première balle et il n’a donc concédé aucune balle de break. Un «clean sheet» qu’il avait étalé l’année dernière lors de ses deux derniers matches à Genève.

Sans être un immense serveur, le récent finaliste de Miami utilise parfaitement son engagement pour prendre les commandes du point, souvent avec son grand coup droit. Acculé sur le pied arrière, son adversaire ne peut alors que subir et visiter le court impuissant. Samedi, Casper Ruud partira grand favori à sa propre succession face à João Sousa. «En début de semaine, j’avais un peu la pression d’arriver comme détenteur du trophée, confiait le Norvégien à la sortie du court. Mais maintenant, je ne la ressens plus. Je suis en finale, j’ai assumé mon statut. Et puis, j’ai connu cette situation à Buenos Aires en février et ça s’était plutôt bien passé.» Il avait dominé Diego Schwartzman en trois manches pour conserver le trophée.

Votre opinion

0 commentaires