Actualisé 24.05.2015 à 06:58

Cate Blanchett embrase la Croisette

Cannes

Sa performance en femme qui tombe amoureuse d’une autre dans «Carol» de Todd Haynes pourrait valoir ce soir à l’Australienne un prix d’interprétation.

par
Jean-Philippe Bernard
1 / 8
Cate Blanchett, sur le tapis rouge du 68e Festival de Cannes, en mai 2015, juste avant la projection du film «Sicario» de Denis Villeneuve. Cette années là, l'actrice australienne se trouvait en compétition pour son rôle dans le film «Carol» de Todd Haynes.

Cate Blanchett, sur le tapis rouge du 68e Festival de Cannes, en mai 2015, juste avant la projection du film «Sicario» de Denis Villeneuve. Cette années là, l'actrice australienne se trouvait en compétition pour son rôle dans le film «Carol» de Todd Haynes.

ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AFP
Cate Blanchett, sur le tapis rouge du 68e Festival de Cannes, en mai 2015, juste avant la projection du film «Sicario» de Denis Villeneuve. Cette années là, l'actrice australienne se trouvait en compétition pour son rôle dans le film «Carol» de Todd Haynes.

Cate Blanchett, sur le tapis rouge du 68e Festival de Cannes, en mai 2015, juste avant la projection du film «Sicario» de Denis Villeneuve. Cette années là, l'actrice australienne se trouvait en compétition pour son rôle dans le film «Carol» de Todd Haynes.

VALERY HACHE, AFP
Cate Blanchett, sur le tapis rouge du 68e Festival de Cannes, en mai 2015, juste avant la projection du film «Sicario» de Denis Villeneuve. Cette années là, l'actrice australienne se trouvait en compétition pour son rôle dans le film «Carol» de Todd Haynes.

Cate Blanchett, sur le tapis rouge du 68e Festival de Cannes, en mai 2015, juste avant la projection du film «Sicario» de Denis Villeneuve. Cette années là, l'actrice australienne se trouvait en compétition pour son rôle dans le film «Carol» de Todd Haynes.

VALERY HACHE, AFP

Lors de notre rencontre sur une terrasse cannoise Cate Blanchett apparaît, sous le soleil brûlant, plus irréelle encore qu’à l’écran dans «Carol» où elle interprète une bourgeoise new-yorkaise tombant amoureuse d’une vendeuse d’un grand magasin. La dame blonde porte une divine robe crème bordée de noir. Maquillée et coiffée comme si elle partait sur l’heure pour une de ces fêtes pharaoniques dont la Croisette a le secret à cette période de l’année… On frémit à l’idée de passer quelques minutes à côté de l’une des actrices les plus adulées du moment. «C’est un bonheur d’être ici et d’entendre la rumeur qui propage autant de belles choses sur le film de Todd Haynes, réalisateur que j’apprécie particulièrement .» On comprend, mais ce n’est pas une surprise, que la dame joue parfaitement sa partition promotionnelle. On fera avec.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!