Publié

TennisCe dimanche, Stanislas Wawrinka va se sentir spécial

Pour la première fois, le Vaudois va se retrouver seul dans les vestiaires d'un tournoi du Grand Chelem. Dans son box, en tribune, ses proches vont vibrer comme jamais.

par
Christian Despont
Avant de songer à battre Rafael Nadal, Stanislas Wawrinka devra vaincre ses appréhensions.

Avant de songer à battre Rafael Nadal, Stanislas Wawrinka devra vaincre ses appréhensions.

Saeed Khan, AFP

Quoiqu'il arrive ce dimanche sur le court face à Rafael Nadal, Stanislas Wawrinka se sentira spécial. Car il a rendez-vous avec son destin, qui cette semaine l'a mené jusqu'à sa première finale d'un tournoi du Grand Chelem, à Melbourne. Quand le Vaudois arrivera au vestiaire, il n'y aura personne. Le silence le laissera seul avec ses voix intérieures. Un jour de finale, dans les coulisses, il n'y a plus de place pour les poltrons et les velléitaires, les moyens et les tièdes. L'événement, pour élire des champions, renvoie à la personnalité profonde du joueur, jusque dans ses dédales les plus obscurs.

Le rôle de ses proches

Stanislas Wawrinka n'a cependant pas peur. Quelques heures avant le rendez-vous il confiait dans une interview au «Matin Dimanche»: «Je n'aurais jamais pensé être là. Mais je sais aussi pourquoi j'y suis. J'ai battu les meilleurs. J'ai atteint un excellent niveau. Depuis toujours, je mène ma carrière à mon rythme. J'en suis là et nous verrons mieux ce soir jusqu'où je peux aller.»

Le succès de Stan met aussi en lumière ses proches, regroupés dans son box, en tribunes. Désormais son clan est scruté, les réactions sur les visages sont traquées. Qui sont ceux qui se trouvent dans le box du futur numéro un suisse? Quels sont leurs rôles? De ses parents à son manager, en passant par ses coaches, «Le Matin Dimanche» décortique l'entourage du champion.

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Ton opinion