Tennis: Ce Djokovic-là est prêt à faire des dégâts

Publié

TennisCe Djokovic-là est prêt à faire des dégâts

Pour son entrée en lice dans le Masters, lundi soir, le Serbe a magistralement tenu son rôle de grand favori, disposant d'un John Isner solide mais pas génial, 6-4 6-3.

par
Oliver Dufour
Londres

Après avoir vu Roger Federer flancher la veille à l'occasion de son premier match, la question était de savoir où se situait Novak Djokovic à l'occasion de son entrée en scène sur le court de l'O2 Arena. Le No 1 mondial, assuré de terminer l'année sur la plus haute marche du classement ATP, ne sortait-il pas lui aussi d'un léger faux-pas, après avoir concédé le titre du Masters 1000 de Bercy à l'étonnant Karen Kachanov, une semaine plus tôt?

Les premiers coups de raquette du Serbe de 31 ans ont démontré qu'il n'avait rien perdu de sa précision chirurgicale. Face à un John Isner qui a tout de même fait largement plus que de balancer des torpilles dans les carrés de service d'en face (13 aces au total), «Nole» s'est montré à la fois intouchable sur sa propre mise en jeu (6 jeux blancs en tout) et prompt à bondir sur la moindre occasion de délivrer le retour qui tue ou le passing impossible.

La poignet d'Isner a tremblé

Profitant des hésitations de l'Américain, 10e joueur mondial, dont le poignet a quelque fois tremblé alors que le court était grand ouvert, Djokovic a passé l'épaule au milieu de la première manche, en convertissant sa deuxième balle de break pour faire la course en tête et conclure l'affaire 6-4. Celui qui brigue un 6e succès londonien aurait même pu clore ce set initial 6-3, si Isner ne s'était pas arraché pour sauver deux balles de set supplémentaires.

Cristiano Ronaldo était présent en famille pour assister à cette rencontre.

En seconde manche, le Serbe a poursuivi sur le même rythme, en limitant la marge de manœuvre du Texan de 33 ans et poursuivant son travail de sape depuis le fond du court. Il a su patienter jusqu'au 7e jeu du set pour faire un premier break, avant de parachever son œuvre en remportant aussi les deux derniers jeux et s'imposer 6-3, malgré une belle résistance de son adversaire. «Je suis vraiment content d'avoir réussi à breaker John trois fois, parce que c'est souvent mission impossible», a souri «Nole», après avoir manifesté son amour de retrouver l'O2, un endroit «chanceux» qui lui a beaucoup manqué l'an dernier, lorsqu'il était blessé. «Je suppose que cette fois j'étais au bon endroit au bon moment. J'ai aussi très bien servi et consolidé mon jeu avec un très bon travail du fond de court, où je n'ai rien concédé.»

«Choisissez un côté!»

Interrogé sur la tactique à adopter pour retourner les services assassins de John Isner, Djokovic a rigolé: «Ne le faites pas! Ou alors reculez le plus loin possible derrière la ligne de fond et choisissez un côté!» Mercredi, le «Djoker» affrontera l'autre vainqueur de son premier match dans le groupe Guga Kuerten, Alexander Zverev. L'Allemand sera-t-il capable de freiner la marche en avant du No 1 mondial?

Ton opinion