31.10.2012 à 04:54

«Ce n'est pas la bonne solution»

Nuits lausannoises

Les patrons de bars et clubs de la capitale vaudoise parlent d’une seule voix pour dénoncer les réformes politiques visant à «pacifier» la vie nocturne de la ville.

par
Benjamin Pillard
Les exploitants de sept clubs phares de la ville (de g. à dr.: Mica Club, Lido et Great Escape, Buzz, XIIIe Siècle, Zinc et Lapin Vert) craignent pour leur avenir.

Les exploitants de sept clubs phares de la ville (de g. à dr.: Mica Club, Lido et Great Escape, Buzz, XIIIe Siècle, Zinc et Lapin Vert) craignent pour leur avenir.

Jean-Guy Python

«On nous rend responsables de tout, sans nous avoir consultés!» Les tenanciers d’établissements nocturnes lausannois ne cachaient pas leur amertume, hier, après avoir été informés du «premier train de mesures» de l’exécutif pour «pacifier» la vie nocturne de la capitale vaudoise (voir encadré). «C’est un moyen de pression énorme, nous ne savons pas à quelle sauce on va être mangés!» nous confie Antoine Piguet, tenancier du club Le XIIIe Siècle, en séance de crise avec ses confrères de six autres enseignes de la place.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!