Nucléaire: Ce qu'il faut savoir des engagements de l'Iran
Actualisé

NucléaireCe qu'il faut savoir des engagements de l'Iran

L’accord de Vienne sur le nucléaire iranien comporte plusieurs grandes lignes. Les voici.

1 / 150
Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)

Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)

Keystone
Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)

Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)

AFP
Donald Trump a affirmé lundi qu'aucune rencontre n'était prévue «à ce stade» avec Hassan Rohani, mais il a entretenu le suspense sur la possibilité d'une entrevue, à New York.  (23 septembre 2019)

Donald Trump a affirmé lundi qu'aucune rencontre n'était prévue «à ce stade» avec Hassan Rohani, mais il a entretenu le suspense sur la possibilité d'une entrevue, à New York. (23 septembre 2019)

AFP

>L'accord conclu permettra de lever progressivement les sanctions économiques et financières contre Téhéran à partir du début 2016. Des milliards de dollars d'actifs iraniens gelés pourraient être ainsi restitués.

Les premières sanctions ne pourront être levées qu'après une réunion de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) prévue à la mi-décembre pour faire le point sur le respect de ses engagements par l'Iran, a précisé cette source.

>L'Iran s'est engagé à réduire des deux tiers le nombre de ses centrifugeuses servant à enrichir l'uranium.

«Pendant 10 ans, le nombre des centrifugeuses sera limité à 5060 machines qui procéderont à de l'enrichissement sur le site de Natanz», et «1044» autres seront conservées en état de marche, sans toutefois être exploitées, sur le site de Fordo, précise un document iranien.

L'Iran dispose actuellement de plus de 19'000 centrifugeuses, dont moins de 10'000 en activité, des équipement qui peuvent potentiellement servir à la fabrication de matière fissile pour une bombe atomique.

>L'Iran a accepté un accès limité à des sites militaires dans le cadre du Protocole additionnel qui permet un contrôle renforcé du programme nucléaire iranien, a déclaré mardi un officiel iranien.

«Nos sites militaires ne sont pas ouverts aux visiteurs car chaque pays a le droit de protéger ses secrets. L'Iran n'est pas une exception. Néanmoins, l'Iran va appliquer le protocole additionnel (au Traité de non prolifération nucléaire) et, sur cette base, fournir un accès programmé» à certains sites militaires définis par ce texte, a déclaré ce responsable.

>Les sanctions internationales sur les ventes d'armes à l'Iran resteront effectives pendant encore cinq ans malgré l'accord historique, mais des livraisons d'armes seront possibles avec un accord de l'ONU, a annoncé mardi le chef de la diplomatie russe.

«Il y a un compromis entre l'Iran et les partenaires occidentaux que nous avons soutenu (...). Cinq ans, mais au cours de ces cinq ans, les livraisons d'armes à l'Iran seront possibles si elles sont approuvées et vérifiées par le Conseil de sécurité de l'ONU», a déclaré Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse à Vienne.

>Les sanctions internationales pourront être «réintroduites» en cas de violation de l'accord nucléaire par l'Iran, a déclaré un haut responsable américain. Le responsable américain a précisé que les sanctions ne seraient pas levées tant que l'Iran n'aura pas réduit son programme nucléaire.

(J.Sa/afp)

Votre opinion