Covid-19 - Ce que peut décider le Conseil fédéral aujourd’hui
Publié

Covid-19Ce que peut décider le Conseil fédéral aujourd’hui

Les sept Sages se réunissent pour la première fois depuis le 17 décembre. Au programme de la réunion: durée de l’isolement et des quarantaines, masques FFP2 ou âge limite pour le masque à l’école.

par
Eric Felley
Après une assez longue pause, Alain Berset reprend l’exercice des conférences de presse pour les mesures concernant la pandémie.

Après une assez longue pause, Alain Berset reprend l’exercice des conférences de presse pour les mesures concernant la pandémie.

AFP

Le Conseil fédéral se réunit ce mercredi, où il devrait annoncer dans l’après-midi un certain nombre de mesures concernant la pandémie Covid-19. Le 17 décembre dernier, il s’était réuni pour la dernière fois avant les Fêtes. Il avait annoncé alors des mesures concernant l’obligation du certificat sanitaire 2G (vacciné ou guéri) pour les lieux fermés, la variante 2G+ (vacciné, guéri et testé) pour les activités à l’intérieur où le port du masque n’est pas possible ou encore le retour de l’obligation du télétravail.

Étant donné le haut niveau de la vague actuelle, le Conseil fédéral pourrait bien prolonger ces mesures au-delà du 24 janvier. Il pourrait éventuellement étendre encore l’utilisation de la 2G+. Mardi, la présidente de la task force, Tanja Stadler, a précisé que «la crête de la vague Omicron est attendue dans les deux prochaines semaines» et qu’il faut s’attendre à «plusieurs milliers d’hospitalisations». De 10% à 30% de la population pourraient être infectés en une semaine.

La première réunion du Conseil fédéral en 2022 sous la présidence d’Ignazion Cassis. Le port du masque est de rigueur.

La première réunion du Conseil fédéral en 2022 sous la présidence d’Ignazion Cassis. Le port du masque est de rigueur.

Chancellerie fédérale

Lutter contre l’absentéisme

Cependant, c’est la question de la durée des périodes d’isolement et de quarantaine qui agite les esprits. Ces dernières semaines, les propositions ont été nombreuses pour les diminuer et lutter contre l’absentéisme qui menace l’économie. Mardi, il a été précisé qu’en Suisse 107 854 personnes étaient en isolement et 40 647 en quarantaine. La cheffe de section à l’Office fédéral de la santé publique, Virginie Masserey, a estimé que ce problème allait s’aggraver et toucher entre 10 et 15% de la population active. Elle a ainsi plaidé pour une «solution équilibrée».

Le Conseil fédéral a l’embarras du choix sur ces questions. L’Office fédéral de la santé publique a déjà donné la possibilité aux cantons de réduire la quarantaine de 10 à 7 jours. Tanja Stadler a expliqué mardi qu’en raison d’un temps d’incubation plus court et des symptômes plus légers d’Omicron, une réduction des quarantaines et des isolements était jouable, entre cinq à sept jours. Dans certains cantons, on demande que la période d’isolement en cas d’infections soit réduite à 5 jours.

Virginie Masserey a aussi expliqué que les personnes ayant eu un contact étroit avec un cas positif ne devraient plus être mises en quarantaine, mais se faire tester et porter un masque entre le quatrième et le septième jour. La presse alémanique fait état de la position plus radicale des deux ministres UDC, Guy Parmelin en charge de l’Économie, et Ueli Maurer, en charge des Finances, qui verraient bien une suppression complète des quarantaines.

Masques FFP2?

Le Conseil fédéral pourrait aussi aborder dans sa séance du jour d’autres aspects autour de la pandémie. Concernant les masques, l’armée a adopté les modèles FFP2 qui sont beaucoup plus performants que les masques chirurgicaux ordinaires. Les appels se font pressants pour que le Conseil fédéral l’oblige dans certains contextes, comme les transports, par exemple.

Âge limite à l’école primaire

Enfin, la rentrée scolaire de janvier a montré la diversité des politiques cantonales en matière de port du masque à l’école primaire. Certains cantons l’obligent dès l’âge de 6 ans (3H) et d’autres dès l’âge de 8 ans (5H). La Conférence de départements cantonaux de l’instruction publique demande que la Confédération fixe un âge pour toute la Suisse afin d’éviter des inégalités de traitement d’un endroit à l’autre.

Votre opinion

247 commentaires