Bienne: «Ce refus va nous coûter plus de 7 millions de francs»
Publié

Bienne«Ce refus va nous coûter plus de 7 millions de francs»

Un ambitieux projet de quartier entre la ville et le lac a été enterré jeudi soir par les parlements de Bienne et de Nidau. Réactions.

par
Vincent Donzé
1 / 8
Le projet enterré.

Le projet enterré.

Agglolac
Le projet enterré.

Le projet enterré.

Agglolac
Le projet enterré.

Le projet enterré.

Agglolac

Estimé à un demi-milliard de francs, le projet d’un nouveau quartier sur l’ancienne aire de l’Expo.02, entre la ville et le lac, a été abandonné jeudi soir par les parlements de Bienne (35 à 22) et de Nidau (15 à 15). «Ce refus de continuer la planification d’Agglolac va nous coûter plus de sept millions de francs», a commenté la directrice biennoise des Finances, Silvia Steidle (PLR).

«Plus de 40 spécialistes ont été mobilisés et ont travaillé sur ce quartier, depuis huit ans», a-t-elle rappelé, propos recueillis par «Le Journal du Jura». Le seul Vert en faveur du projet était l’architecte Benedikt Loderer: «Le Conseil de ville a dit oui pour entamer une planification en 2013 et maintenant, certains veulent dire non?» s’est-il étonné.

Nouvelles formes

La socialiste Susanne Claus a bien résumé l’opposition, méfiante face à l’investisseur Mobimo: «Je demande un projet culturel avec de nouvelles formes d’habitats», a-t-elle asséné, en réduisant le projet présenté à un «quartier de luxe». Les espaces verts prévus entre les plages de Bienne et de Nidau n’ont pas séduit l’écologiste Naomi Vouillamoz: «Ces images ne suffisent pas à me convaincre. La question écologique est trop sérieuse pour y répondre par du greenwashing (ndlr. écoblanchiment)».

Pendant ce temps à Nidau, le Conseil de ville a refusé la création d’un syndicat de commune par 15 voix contre 15, le vote du président du Conseil, Markus Baumann (UDC) ayant fait pencher la balance en faveur du non. «Un projet pareil est inenvisageable sans un partenaire privé», a prévenu le parlementaire biennois Daniel Suter (PLR). Au lendemain de cet enterrement de première classe, sans consultation populaire, Lematin.ch s’est promené sur le terrain en friche qui le restera encore longtemps.

1 / 12
Le 19 mars 2021.

Le 19 mars 2021.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Le 19 mars 2021.

Le 19 mars 2021.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Le 19 mars 2021.

Le 19 mars 2021.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Réaction de Silvia Steidle, directrice biennoise des Finances: «La maison qui est bâtie au goût de tous n’aura pas de toit. Les divergences entre les politiciens qui voulaient plus d’espace public, plus de logements sociaux, moins dense, plus dense, plus éco-féministe ou même discuter de fusions de commune avant de construire ont abouti au rejet du projet. Je suis déçue, car toutes les exigences qui ont été formulées par les groupes d’intérêts durant la planification qui a duré 10 ans ont été intégrées».

Celle de Renaud Jeannerat, rédacteur en chef romand de l’hebdomadaire «Biel Bienne»: «Ce double non empêche Bienne et Nidau de se rapprocher enfin du lac avec un aménagement urbain exemplaire. À Neuchâtel, par exemple, les rives ont bénéficié de beaux réaménagements après Expo.02. Ici, elle n’a laissé qu’une triste friche. Quelle autre ville laisserait un terrain vague dans un tel site? Le signal envoyé, c’est que les gens aisés ne sont pas les bienvenus sur nos rives».

Votre opinion