22.10.2020 à 10:29

AnimationCelle qui fut le modèle de Blanche-Neige est morte à 101 ans

Comédienne, danseuse, Marge Champion a servi d’inspiration à Walt Disney qui a calqué les mouvements de son héroïne sur les siens. Elle fut également la référence pour Simplet.

von
Michel Pralong
Les animateurs avaient habillé Marge avec une robe semblable à celle de Blanche-Neige pour en étudier les mouvements.

Les animateurs avaient habillé Marge avec une robe semblable à celle de Blanche-Neige pour en étudier les mouvements.

Disney

Hollywood vient de perdre l’une des figures de ses comédies musicales. Et le monde du dessin animé pleure Blanche-Neige. L’actrice Marge Champion s’est en effet éteinte mercredi 21 octobre à 101 ans, a annoncé le professeur de danse Pierre Dulaine au «Hollywood Reporter». C’est elle qui servit de modèle pour les mouvements de la célèbre héroïne du premier long-métrage animé de Walt Disney.

Le père de Marge, Ernest Belcher, était un professeur de danse réputé à Hollywood et ami de Disney. Lorsque ce dernier préparait son dessin animé, il a engagé la jeune fille, alors âgée de 14 ans, afin que son équipe d’animation observe ses mouvements pour que Blanche-Neige bouge de la manière la plus réaliste possible. Durant deux ans, elle vint un ou deux jours par mois aux studios, pour un salaire de 10 dollars par jour. Si ses mouvements finirent par devenir ceux de la belle jeune fille à l’écran, ils servirent également pour ceux du nain Simplet lorsqu’il danse.

L’hippopotame de «Fantasia»

Le film est sorti en 1937, mais les studios Disney ont continué à employer Marge comme modèle. Elle est ainsi celui de la Fée bleue dans «Pinocchio» (1940), de l’hippopotame Hyacinth dans la célèbre danse des hippos de «Fantasia» (1940) (elle gagnait alors 25 dollars par jour), puis de la cigogne Stock qui livre le bébé Dumbo dans le film du même nom (1941).

Son implication dans les studios Disney fut telle que, en 1937, alors qu’elle n’a que 17 ans, elle épouse l’un des animateurs, Art Babbitt (29 ans), créateur de Dingo. Mais le couple divorce en 1940. Marge ne se contente toutefois pas d’être une doublure invisible et, dès 1938, commence à apparaître dans des longs-métrages. Elle est dans cinq films en 1939, dont «La grande farandole» avec Fred Astaire et Ginger Rogers.

La danseuse fait ses débuts sur scène à Broadway en 1945 puis forme un célèbre duo avec un élève de son père, Gower Champion, qu’elle épouse en 1947. Le couple enchaînera les comédies musicales et les films et aura même sa propre sitcom sur CBS en 1957, The Marge and Gower Champion Show.

La carrière de Marge au cinéma se ralentit à la fin des années 1950. Elle jouera encore dans quelques films, dont l’hilarant «La party», de Blake Edwards, en 1968 aux côtés de Peter Sellers et l’étonnant «Le plongeon», la même année, dans lequel Burt Lancaster traverse toutes les piscines d’un quartier. En 1982, elle jouera un prof de ballet dans un épisode de la série «Fame» et signera les chorégraphies de plusieurs films, dont «C’est ma vie après tout» avec Richard Dreyfuss (1981).

Marge Champion, à droite, avec Peter Sellers dans «La Party».

Marge Champion, à droite, avec Peter Sellers dans «La Party».

The Mirisch Corporation

En 1977, elle épouse son troisième mari, le réalisateur Boris Sagal (qui a signé plusieurs épisodes de «Colombo»), qui décédera tragiquement en 1981, tué par les pales d’un hélicoptère sur le tournage de «World War III».

Marge Champion est née à Hollywood même, le 2 septembre 1919. On la voit ici en 2012, lors d’une projection pour le 40e anniversaire du film «Cabaret».

Marge Champion est née à Hollywood même, le 2 septembre 1919. On la voit ici en 2012, lors d’une projection pour le 40e anniversaire du film «Cabaret».

AFP

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jeanne

22.10.2020 à 12:37

Du covid?

Etasseur

22.10.2020 à 10:45

Bizzsre qu'on ait pas encore demandé d'interdire ce dessin animé. Glorification de la peau blanche, pas de personnes appartenant à des minorités opprimées, sinon des personnes de petite taille qu'on appelle encore nains, stigmatisation des chasseurs et des vieux, discrimination à l'égard des personnes laides et à l'égard de la beauté synonyme de méchanceté, description idéalisée du mariage hétéro et caricature de la famille, description biaisée de la royauté sans mentionner ses crimes, maltraitance à l'égard des animaux, il y a pourtant de quoi bannir Walt Disney et son empire malgré leurs futurs avertissements, que fait la police de la pensée?