Publié

Saint-GallCelui qui voulait nourrir la ville est criblé de dettes

Un entrepreneur a invité l’ensemble de la population saint-galloise à venir manger gratuitement saucisses et pâtes. Mais le curieux mécène est en réalité endetté à hauteur de 700 000 francs et ses entreprises ont fait faillite.

par
J.Z
L’Italien s’est mis en scène pour la promotion de son repas.
L’Italien s’est mis en scène pour la promotion de son repas.sangalläfüralli.ch

«Pas de contexte politique, pas d’autopromotion», indiquait Stefano Patta pour expliquer son événement. Samedi dernier, au terme d’une campagne plutôt inhabituelle, cet Italien de 52 ans conviait tout Saint-Gall pour un repas saucisses-pâtes 100% gratuit. «Les gens devraient célébrer à nouveau, la ville devrait être revitalisée», confiait-il à plusieurs médias alémaniques à l’approche des réjouissances.

L’événement était ouvert à tous, il suffisait de s’inscrire à l’avance et d’obtenir un bon, pour être conforme aux mesures de protection du coronavirus.

Quatre faillites

Mais cette générosité des plus surprenantes a bien entendu un coût. «À peu près le prix de plusieurs Porsche», selon le principal intéressé, qui spécifie d’ailleurs déjà en posséder une.

Le hic: celui qui semble être dans une situation plutôt confortable est en réalité lourdement endetté. Selon de récentes révélations du «St. Galler Tagblatt», la dette de l’entrepreneur saint-gallois s’élève en effet à pas moins de 698 073 francs. Il a notamment créé quatre entreprises au cours des vingt dernières années et toutes ont fait faillite, faute d’actifs.

Selon le quotidien alémanique, il n’y aurait de plus que très peu d’informations à son sujet dans le registre du commerce, et le nom de Stefano Patta n’apparaît nulle part.

«Un message»

Reste dès lors à savoir si l’entrepreneur a financé lui-même son événement. Depuis les révélations du «St. Galler Tagblatt», il a en tout cas posté de plusieurs publications sur les réseaux sociaux où il semble se réjouir de cette récente exposition.

Quant à sa lourde dette, il a reconnu son existence, indiquant qu’il travaillait dessus et que la tenue du repas était malgré tout nécessaire. «Il y a un message derrière l’événement», a-t-il confié à FM1Today, et d’ajouter vouloir en organiser un autre à Zurich fin octobre.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!