Covid-19 – Certains parents montent au front pour la vaccination des enfants
Publié

Covid-19Certains parents montent au front pour la vaccination des enfants

Faut-il suivre l’exemple des Etats-Unis, qui ont autorisé cette semaine la vaccination des enfants contre le coronavirus? Des parents suisses le souhaitent.

En Suisse, les enfants de moins de 12 ans ne peuvent pas se faire faire vacciner contre le SARS-CoV2.

En Suisse, les enfants de moins de 12 ans ne peuvent pas se faire faire vacciner contre le SARS-CoV2.

20min/Marco Zangger

Les cas de contamination au coronavirus et les quarantaines se multiplient dans les écoles, écrit la «SonntagsZeitung», qui prend l’exemple de plusieurs classes de Dornach (SO), où jusqu’à la moitié des élèves étaient testés positifs. Les masques n’y sont plus obligatoires et les tests groupés facultatifs.

Des voix s’élèvent donc pour demander la vaccination des enfants. «Nous voulons protéger nos enfants et attendons du canton et de la Confédération qu'ils en fassent de même», a indiqué Kerstin Krause, mère de deux fillettes. Si la Suisse ne fait rien, elle ira à l’étranger faire vacciner ses filles, annonce-t-elle.

Des groupes de pression se sont formés, l’un par exemple intitulé «ProtectTheKids». En octobre, une pétition a récolté 2500 signatures et a été transmise à la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique. Elle demande, entre autres, des capteurs de CO2 dans les classes, des masques et des tests groupés, jusqu’à ce que soit permise la vaccination des jeunes de moins de 12 ans.

Controverse sur les risques

La Société suisse de pédiatrie a provoqué la colère de certains parents, en déclarant que la charge de la maladie était rare par rapport à d’autres virus respiratoires. Une prise de position qui a parfois servi de référence pour lever les mesures dans les écoles.

Des épidémiologistes ont critiqué cette affirmation dans un texte, arguant que des mesures concernant les enfants étaient nécessaires pour contenir l’épidémie et éviter des effets négatifs à long terme.

Le syndrome multi-inflammatoire PIMS qui touche un enfant sur 2500 fait l’objet d’une attention particulière. Ses symptômes: fièvre prolongée et diarrhées. Mais aucun décès n’est à déplorer.

Un tiers des parents pour la vaccination des enfants

Un sondage de la SRF montre qu’un tiers des parents serait d’accord de faire vacciner ses enfants et que plus de la moitié est contre. Dans tous les cas, il faudra attendre que se mette en marche le processus d’autorisation et de recommandation du dosage. «La vaccination des enfants de moins de 12 ans n'est pas prévue pour l'instant. Les données scientifiques font encore défaut pour ces groupes d'âge», explique l’OFSP sur son site internet.

Le président de la Commission fédérale pour les vaccinations, Christoph Berger, a indiqué à la «SonntagsZeitung» qu’un protocole d’autorisation interviendra «probablement l'année prochaine».

Les Etats-Unis ont ouvert la voie cette semaine, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ayant autorisé le vaccin Pfizer pour les enfants à partir de cinq ans. Sur le Vieux-Continent, l'Agence européenne des médicaments (EMA) n'a encore rien approuvé de tel.

(ami)

Votre opinion

108 commentaires