Certificat Covid: ce qui change ce lundi 13 septembre
Actualisé

PandémieCertificat Covid: ce qui change ce lundi 13 septembre

Dès aujourd’hui, n’entre plus qui veut dans un restaurant, un fitness, un cinéma ou un casino. Les nouvelles dispositions pour lutter contre cette vague du Covid-19 sont prévues jusqu’au 24 janvier… Sauf si la situation s’améliore.

par
Eric Felley
L’application helvétique du Certificat Covid

L’application helvétique du Certificat Covid

lematin.ch

Dès ce lundi, pour les premiers lève-tôt qui vont prendre leur café dans leur tea-room préféré, il faudra montrer patte blanche, c’est-à-dire la carte d’identité et le certificat Covid pour entrer et s’installer. Après la France, l’Italie et bien d’autres pays, c’est à la Suisse de tenter l’extension du certificat sanitaire pour juguler une nouvelle vague qui prend des proportions inquiétantes aux soins intensifs, dont le taux d’occupation s’élevait à près de 80% vendredi, avec près de 33% de patients Covid.

Annoncée par le Conseil fédéral mercredi dernier, cette mesure entre en vigueur le 13 septembre et concerne les personnes de plus de 16 ans. Elles doivent présenter le certificat qui prouve une vaccination contre le Covid-19, une guérison ou un test négatif. Outre les discothèques et les grandes manifestations (où il était déjà de rigueur), il sera obligatoire dans toute la Suisse pour entrer dans un restaurant ou un bar. Cependant les clients sans certificat peuvent consommer sur les terrasses, et cela tombe bien car la météo s’annonce encore clémente en cette mi-septembre. L’accès aux cuisines populaires et aux établissements de restauration dans les zones de transit des aéroports est également exempté du sésame.

Des bibliothèques aux salles de billard

Mais ce n’est pas tout. Dès aujourd’hui, il faut également présenter un certificat Covid pour entrer dans les lieux de culture et de loisirs comme les musées, les bibliothèques, les zoos, les centres de fitness, les salles d’escalade, les piscines couvertes, les parcs aquatiques, les salles de billard ou encore les casinos.

Des concerts au mariage

L’accès à des manifestations qui se déroulent à l’intérieur - soit des concerts, des représentations théâtrales, des séances de cinéma, des manifestations sportives, des manifestations privées et des mariages dans des espaces accessibles au public – sera également limité aux titulaires du précieux document.

À l’église et aux alcooliques anonymes

Pour des raisons de protection des droits fondamentaux – que sont l’exercice de la religion et des droits politiques - le certificat n’est pas exigé pour entrer dans une église ou un temple. Il n’est pas exigé non plus pour les manifestations destinées à la formation de l’opinion politique réunissant un maximum de 50 personnes. Enfin, les groupes d’entraide, comme les Alcooliques Anonymes, ne sont pas concernés par l’obligation du certificat.

À l’extérieur

S’agissant des manifestations à l’extérieur, les règles demeurent inchangées: le certificat Covid est obligatoire pour celles de plus de 1000 personnes. Les autres peuvent toujours décider librement, si elles souhaitent restreindre leur accès aux personnes munies d’un certificat ou laisser entrer tout le monde.

À la répétition

Les activités sportives et culturelles en intérieur, comme les entraînements de sport et les répétitions de musique, seront également restreintes aux personnes disposant d’un certificat Covid. Cette disposition ne s’appliquera toutefois pas aux groupes fixes de 30 personnes au maximum, qui s’entraînent ou répètent régulièrement ensemble dans des locaux séparés.

Au boulot

Le Conseil fédéral a décidé également que les employeurs peuvent demander à leurs employés de présenter un certificat, à condition que cela leur permette de définir des mesures de protection appropriées ou de mettre en œuvre des plans de dépistage. Les informations relatives au statut immunitaire ou au résultat du dépistage ne peuvent être utilisées à aucune autre fin. Par ailleurs, si un employeur demande à un employé de se faire dépister, il doit prendre en charge les coûts du test. L’utilisation du certificat et les mesures qui en découlent doivent faire l’objet d’une consultation auprès des salariés et être documentées par écrit. Pour des raisons de protection des données, l’employeur doit en outre, dans la mesure du possible, opter pour le certificat «light», qui contient moins d’informations.

À l’Université

Les cantons et les hautes écoles peuvent introduire l’obligation de présenter un certificat pour les cours de niveau bachelor et master. L’EPFL et les universités de Lausanne et Neuchâtel l’ont déjà décidé. Les événements organisés dans les hautes écoles et les formations continues restent soumis aux règles relatives aux manifestations.

Votre opinion

941 commentaires