Actualisé

DécodageCes célibataires qui haïssent les femmes

«La rébellion des Incels a déjà débuté», aurait écrit sur Facebook le tueur de Toronto, en référence à un groupe de célibataires ultramisogynes.

par
Renaud Michiels
Commise par Alek Minassian, l’attaque à la voiture-bélier a fait dix morts lundi à Toronto. Sa haine des femmes pourrait être à l’origine du carnage.

Commise par Alek Minassian, l’attaque à la voiture-bélier a fait dix morts lundi à Toronto. Sa haine des femmes pourrait être à l’origine du carnage.

EPA/Warren Toda/DR

1. Pourquoi parle-t-on aujourd’hui des «Incels»?

La tuerie de Toronto pourrait s’expliquer par la haine des femmes. Quelques heures avant son attaque à la voiture-bélier qui a fait dix morts, lundi, Alek Minassian a en tout cas posté sur Facebook: «La rébellion des Incels a déjà débuté.» Il s’agit d’une contraction anglo-saxonne désignant les «célibataires involontaires». Au début, il s’agissait d’hommes sans compagne se soutenant ou partageant leurs expériences. Mais ceux qui se désignent comme Incels se définissent aujourd’hui comme des masculinistes antiféministes se disant rejetés par les femmes et privés de relations sexuelles. Beaucoup affichent désormais clairement leur haine du genre féminin.

2. Où se trouvent ces célibataires involontaires?

Il existe des mouvements masculinistes un peu partout sur la planète, mais les Incels sont principalement Nord-Américains. Il s’agit d’une sous-culture, surtout active en ligne. Ils ont une sorte de site officiel, Incels.me, comptant près de 5200 membres. Hier, certains condamnaient le massacre de Toronto. D’autres considéraient que le tueur, Alek Minassian, est un «saint» ou un «héros»… Les Incels se retrouvent aussi sur d’autres forums, sur des plates-formes comme 4chan ou Reddit. En novembre dernier, Reddit a d’ailleurs banni un groupe de célibataires involontaires pour incitation à la violence. Ce forum était constitué de quelque 40'000 personnes.

3. Que prônent ces misogynes extrémistes?

Les Incels sont de jeunes hommes hétérosexuels célibataires sexuellement frustrés qui considèrent que les femmes sont responsables de leurs échecs amoureux. Ils s’estiment victimes de discrimination physique et pensent que le sexe est un droit. En référence à la forme supposée d’un vagin après de nombreux rapports, les femmes sont appelées «roasties», rosbifs… Elles sont manipulatrices, cruelles, menteuses, légères et ne s’intéressent qu’aux «chads», de beaux jeunes hommes populaires qui accumulent les partenaires. Les Incels les plus extrêmes vont jusqu’à prôner la violence, le harcèlement sexuel, légitimer le viol ou expliquer qu’il n’existe pas.

4. Des tueries masculinistes ont-elles été perpétrées?

ELLIOT RODGER L’assaillant de Toronto a fait référence au «suprême gentleman» Elliot Rodger. C’est un tueur qui a fait six victimes avant de se suicider en 2014, en Californie. Il se disait rejeté par les femmes et avait même fantasmé leur anéantissement dans des camps de concentration.

MARC LÉPINE En 1989 à Montréal il a abattu 14 étudiantes se préparant à «exercer un métier d’homme». «J’ai décidé d’envoyer ad patres les féministes qui m’ont toujours gâché la vie», avait-il écrit.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!