Economie - Ces courtiers immobiliers agressifs qui fachent les propriétaires
Publié

ÉconomieCes courtiers immobiliers agressifs qui fâchent les propriétaires

Le marché des biens à vendre étant en train de se tarir, des agents immobiliers n’hésitent pas à utiliser des méthodes douteuses pour chercher des objets, même s’ils ne sont pas à vendre.

(Image d’illustration.)

(Image d’illustration.)

AFP

Etre senior et propriétaire peut attiser la convoitise des agents immobiliers, rapporte la «SonntagsZeitung». Et de relater l’histoire d’une septuagénaire propriétaire d’une maison, contactée par téléphone par une courtière qui savait probablement aussi qu’elle était veuve. Elle s’est ainsi entendu dire qu’«une propriété avec un jardin et tout ça peut devenir trop lourd à porter à un certain âge». Et s’est sentie traitée «comme une personne mentalement diminuée».

En tant que senior et propriétaire, cette dame n'est pas la seule à être courtisée par les agents immobiliers sans l’avoir demandé. D’autres recourent par exemple à la distribution de flyers pour vendre leurs services. C’est ce qu’on appelle le démarcharge à froid, destiné à augmenter les chances de se voir confier une future vente. Quant aux propriétaires qui mettent en vente leurs logements sans courtier (lire encadré ci-dessous), et le précisent clairement dans leurs annonces de vente, ils font actuellement aussi souvent l’objet d’un véritable harcèlement par les agences, indique le journal dominicial: «Les courtiers deviennent plus agressifs dans leur démarchage, car la pandémie a encore accentué le manque de propriétés à vendre», constate Gabriel Diezi, responsable pour la Suisse alémanique chez Bestag, cabinet de conseil pour le choix du meilleur courtier.

Chute de 40% des biens à vendre

Entre juin 2020 et avril de cette année, le nombre de biens en vente a ainsi chuté de près de 40%, soit 10’500 de moins que l’année précédente. La rareté et la forte demande simultanée de biens résidentiels ont de plus entraîné une forte hausse des prix des maisons individuelles l’an dernier, et donc des commissions sur les ventes. De quoi attiser l’agressivité de certains courtiers.

Vendre sans courtier, c’est pas sorcier

Si plus de la moitié des biens immobiliers sont vendus par le biais d’une agence immobilière, il est aussi possible de faire sans, et d’économiser la commission sur le prix de vente, généralement de 3%. C’est ce que rappelle la «SonntagsZeitung» en donnant quelques conseils pratiques aux novices.

Constituer un dossier sobre

La part la plus fastidieuse est de constituer un dossier complet. Sachant qu’il pourra discuter des détails lors des visites, un particulier devrait se concentrer sur l’essentiel. Soit: des indications précises sur la surface habitable nette et celle des locaux annexes, le nombre de chambres, salles de bain, balcons, terrasses et la surface du jardin et de la parcelle, ainsi que l’année de construction, le type de chauffage et le nombre de places de parc/garages. A quoi il faut bien sûr joindre des photos représentatives – en veillant à ranger les lieux avant de les prendre. A joindre également: les plans détaillés de la propriété et de la parcelle (extrait du registre foncier).

Vouloir tricher, par exemple sur la surface habitable est inutile, car la banque de l’acheteur vérifiera toutes les informations.

Fixer le prix, le plus difficile

Les prix étant à la hausse, il ne faut pas craindre que le prix qu’on souhaite pour son logement soit surfait, note encore la «SonntagsZeitung». Les spécialistes conseillent de faire effectuer une évaluation hédoniste par une agence immobilière. La plupart proposent ce service gratuitement et sans engagement. La somme indiquée peut être augmentée d’environ 20%. Ce qui permettra de baisser un peu le prix par la suite ou de l’adapter un peu pour les portails immobiliers sur lesquels on peut rechercher un bien par tranches de prix.

Pour des propriétés plus luxueuses dans des lieux recherchés, il est conseillé de faire établir une estimation indépendante, par exemple par une chambre immobilière. Il en coûtera toutefois jusqu’à 2000 francs environ selon la taille et le type d’objet.

Une fois le dossier complet constitué, on peut mettre son bien en vente sur une plate-forme immobilière ou sur un site de petites annonces.

Pas de baisse des prix immobiliers en vue

Selon les chiffres actuels de Wüest Partner, société de conseil en immobilier, les prix de vente immobiliers ont déjà augmenté de 2,1 % entre le premier et le deuxième trimestre de cette année, et de 6,3% en moyenne par rapport au même trimestre de 2020. Les appartements en copropriété sont également devenus 6,8 % plus chers depuis le milieu de l'année 2020.

(ewe)

Votre opinion

13 commentaires